Côte d’Azur : Il avait tiré sur une antenne du conseil départemental, l’auteur présumé identifié

BIENTOT JUGE « Un état d’alcoolémie trop important » pourrait expliquer ce geste

F. B. et M. F.

— 

Les gendarmes se sont chargés de l'enquête sur les tirs à Roquebilière.
Les gendarmes se sont chargés de l'enquête sur les tirs à Roquebilière. — Gendarmerie des Alpes-Maritimes

L’ADN a fini par parler. Six mois après les faits, l’auteur présumé des coups de feu qu'avait essuyés la maison du département à Roquebillière a été confondu, annonce ce lundi la gendarmerie des Alpes-Maritimes dans un communiqué.

Interpellé puis placé en garde à vue le 1er octobre, le quadragénaire a été laissé libre dans l’attente de sa convocation devant le tribunal correctionnel de Nice, prévue dans le courant de l’année prochaine.

Un geste au but « pas très clair »

« Ses motivations ne sont pas très claires, précise Jean Michel Prêtre, le procureur de la République de Nice, interrogé par 20 Minutes. Il est évoqué, pour l’essentiel, un état d’alcoolémie trop important ces jours-là. »

C’est dans la nuit du 31 mars au 1er avril et du 15 au 16 avril 2019 que la maison du conseil départemental de Roquebillière et du mobilier urbain s’étaient retrouvés criblés de balles. Six impacts avaient été notamment constatés sur la porte vitrée du local, selon le président de la collectivité, qui avait dénoncé des « actes gravissimes » et déposé plainte.

Tirs dans une école de Nice: un garçon de 13 ans interpellé