Meurtre de Priscillia : Le suspect a avoué le viol et le meurtre de la jeune fille de 18 ans

ENQUETE Il a été mis en examen et placé en détention provisoire pour le meurtre de Priscillia, commis dans le cimetière d'Estagel

N.B.

— 

Des gendarmes, ici à Rennes, en janvier 2018.
Des gendarmes, ici à Rennes, en janvier 2018. — C. Allain / 20 Minutes

Mercredi, un jeune homme de 18 ans était interpellé à Estagel, dans les Pyrénées-Orientales, et placé en garde à vue, dans le cadre des investigations sur le meurtre de Priscillia. Cette jeune femme de 18 ans, qui souffrait d’un déficit intellectuel et d’un handicap moteur léger, avait été retrouvée morte, dans le cimetière de la petite commune le 7 juillet dernier. Son corps dénudé présentait les blessures de cinq coups de couteau.

Sa disparition avait été signalée, après une soirée qu’elle avait passée dans un bal.

« Sans fournir d’explication à son geste »

Au cours de son audition, le suspect, sans emploi et sans aucun antécédent judiciaire, a reconnu « l’intégralité des faits qui lui étaient reprochés, sans, pour l’heure, fournir d’explication à son geste », indique ce jeudi Jean-Jacques Fagni, le procureur de la République de Perpignan. Il a été mis en examen pour meurtre, agression sexuelle et viol sur une personne vulnérable, commis à l’aide ou sous la menace d’une arme.

Le jeune homme a été placé en détention provisoire. « L’instruction se poursuit, afin notamment de mieux cerner la personnalité de l’intéressé qui sera soumis, prochainement, à des expertises psychiatriques et psychologiques », note le procureur.

« Les comparaisons réalisées entre l’ADN masculin trouvé sur les lieux du crime et les ADN prélevés (…) ont permis d’identifier [le] suspect », indiquait le parquet mercredi.