Crash de Charm el-Cheikh : La justice ordonne la reprise des investigations

ENQUETE Le 3 janvier 2004, un Boeing 737 en route pour Paris s’écrasait, faisant 148 morts dont 134 Français

20 Minutes avec AFP

— 

Crash de Charm el-Cheikh: la justice ordonne la reprise des investigations
Crash de Charm el-Cheikh: la justice ordonne la reprise des investigations — SIMON ISABELLE/SIPA

Deux ans après un non-lieu qui scandalisa les familles, les investigations vont finalement reprendre pour tenter d’entendre un dirigeant de Flash Airlines, la compagnie égyptienne mise en cause dans l’affaire du crash de Charm el-Cheikh.

Le 3 janvier 2004, trois minutes après son décollage de Charm el-Cheikh, un Boeing 737 en route pour Paris s’écrasait, faisant 148 morts dont 134 Français. L’appareil de cette compagnie à bas coût s’était abîmé en Mer Rouge trois minutes après son décollage de la station balnéaire.

Des tentatives « insuffisantes »

La semaine dernière, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a en effet jugé « insuffisantes » les tentatives menées au cours de l’instruction pour recueillir les explications de l’ex-président du conseil d’administration de Flash Airlines, la compagnie aérienne aujourd’hui disparue, a appris mardi l’AFP de source judiciaire.

L’enquête judiciaire, ouverte pour « homicides involontaires » en 2004, s’était conclue le 11 juillet 2017 par un non-lieu. S’appuyant sur plusieurs rapports d’expertise, le juge d’instruction avait à l’époque pointé du doigt divers « manquements » de la compagnie en matière de formation des pilotes et de respect de leur temps de repos. Ces causes indirectes avaient pu contribuer à « la désorientation spatiale et aux réactions inappropriées de l’équipage », notait le magistrat.

La compagnie aérienne liquidée neuf ans plus tôt

Mais la société Flash Airlines ayant été liquidée depuis neuf ans, elle ne pouvait plus faire l’objet de poursuites judiciaires et les tentatives d’entendre les dirigeants ont été infructueuses. Les parties civiles avaient alors attaqué cette décision de non-lieu, dénonçant l’absence de poursuites contre les anciens dirigeants de la compagnie et le manque de coopération des autorités égyptiennes.

Dans un arrêt rendu le 24 septembre, la cour d’appel de Paris leur a finalement donné raison : près de 16 ans après le crash, elle ordonne de renvoyer les 37 tomes de cette procédure entre les mains, cette fois, d’un juge du pôle accidents collectifs du tribunal de Paris pour qu’il tente de recueillir les explications de ce dirigeant et examine ses éventuelles responsabilités dans la catastrophe.

« Une deuxième victoire »

« Je pensais qu’on allait perdre », a déclaré Claude Fouchard, président de l’association de défense des familles de victimes. Ce dernier salue néanmoins « une deuxième victoire » après celle obtenue au civil en janvier : le tribunal de Paris a en effet condamné l’Etat à verser 10.000 euros de dommages et intérêts à l’association pour les délais déraisonnables de la justice dans cette affaire, a-t-il indiqué.

Très engagées dans la procédure, les familles avaient elles-mêmes missionné des experts dont le rapport, publié en 2007, avait épinglé tous les acteurs, y compris la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), pour n’avoir pas interdit de vol la compagnie.

Selon un autre rapport en 2009, la formation du pilote n’aurait pas respecté les normes en vigueur et son « expérience précédente et sa courte formation en ligne ne permettaient pas un lâcher immédiat dans la fonction de commandant de bord », estimaient les quatre auteurs du document, dont un ingénieur en aéronautique. Les experts avaient aussi relevé la « fatigue » due au temps de service des deux pilotes lors des deux semaines précédant le crash.