Proces du mediator
Proces du mediator — BUFKENS CEDRIC/SIPA

AUDIENCE

Procès du Mediator : Servier demande une suspension d’une semaine

La réponse du tribunal sera connue mardi en début d'après-midi

La demande a été formulée ce lundi par le groupe pharmaceutique. Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge depuis le 23 septembre les laboratoires Servier et l’Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, tranchera mardi à 13h30 sur cette demande de suspension du procès d’une semaine.

Les avocats des laboratoires Servier, qui ont commercialisé de 1976 à 2009 l’antidiabétique tenu pour responsable de centaines de morts, ont sollicité l’ouverture de 14 scellés fermés, pour l’essentiel des documents saisis lors de perquisitions chez d’ex-cadres des autorités de santé.

Avant d’entendre les premiers témoins

Pour François de Castro, l’un des avocats de Servier, avoir accès à ces scellés est indispensable à « la manifestation de la vérité » et au principe d’un « procès équitable », et les examiner « nécessite » une suspension des débats « pendant une semaine », avant que le tribunal débute les premières auditions de témoins.

Cette demande n’est pas partagée par tous les avocats de la défense : l’un des conseils de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), Pierre-Olivier Sur, a pointé pour un scellé une « difficulté » d’atteinte à la vie privée et au secret professionnel et a assuré en outre qu’il ne souhaitait « pas de report d’audience ».

« La défense use et abuse de la même stratégie dilatoire devant votre tribunal » que lors de la phase d’instruction, avec « l’objectif clair de perturber, voire torpiller le calendrier de l’audience », a dénoncé l’une des deux procureures, Aude Le Guilcher.