Seine-Saint-Denis : Douze hommes jugés pour le meurtre de Fossary Sanha

EXPEDITION PUNITIVE Il y a quatre ans, l’adolescent de 16 ans avait été la victime d’une rixe entre bandes rivales de La Courneuve et d’Aubervilliers

20 Minutes avec AFP
— 
Le procès pour le meurtre de Fossary Sanha devant la cour d'assises de Bobigny (Seine-Saint-Denis) doit durer un mois.
Le procès pour le meurtre de Fossary Sanha devant la cour d'assises de Bobigny (Seine-Saint-Denis) doit durer un mois. — Clément Follain / 20 Minutes

C’était il y a presque quatre ans jour pour jour. Dans la nuit du 10 au 11 octobre 2015, Fossary Sanha a été tué à Pantin ( Seine-Saint-Denis). Blessé de plusieurs coups de couteau par une dizaine de personnes qui avaient ensuite pris la fuite en voiture, l’adolescent de 16 ans avait été abandonné sur le trottoir, gisant dans son sang. Un meurtre sur fond de rivalités entre quartiers jugé depuis ce lundi par la cour d’assises de Bobigny.

Dans le box des accusés, douze jeunes adultes qui doivent répondre des faits de meurtre en bande organisée et de participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime.

Des différends entre bandes rivales

A l’époque, des différends existaient entre les bandes des cités du 45, à Aubervilliers, et des 4.000, à La Courneuve, notamment après le « vol d’un moto-cross » et d'« une embrouille de filles ». Ces différents épisodes avaient donné lieu à plusieurs épisodes de violences, selon une source proche de l’enquête. Le jour des faits, une première altercation avait eu lieu dans le centre commercial du Millénaire, à Aubervilliers. Puis la bande des 4.000 avait organisé l’expédition punitive. Armée de couteaux et de battes de base-ball, elle avait fondu sur Fossary Sanha et quatre de ses amis, qui se rendaient dans un bar à chicha, à Pantin.

Loi du silence

La police judiciaire de Seine-Saint-Denis, à laquelle avait été confiée l’enquête, avait été confrontée à une implacable loi du silence sur ce meurtre. La téléphonie, l’ADN dans la voiture abandonnée à La Courneuve ainsi que deux témoins directs du meurtre avaient toutefois permis l’arrestation des agresseurs un an après les faits. Certains étaient alors mineurs, ils sont aujourd’hui âgés de 22 à 25 ans.

Le procès doit durer un mois. Nul doute qu’il réveillera des plaies non cicatrisées. La mort de Fossary Sanha avait en effet suscité une forte émotion à Aubervilliers, sa ville d’origine. La marche blanche qui y avait été organisée deux jours après sa mort avait rassemblé des centaines de personnes.