Sandra Muller, l'initiatrice de #BalanceTonPorc, condamnée pour diffamation

DECISION La créatrice du mot-clé #BalanceTonPorc, poursuivie pour diffamation par l’homme qu’elle avait nommément accusé de harcèlement sexuel, devait connaître son jugement ce mercredi

F.F. avec AFP

— 

Sandra Muller est poursuivie par Eric Brion, ex-patron d'Equidia qu'elle a nommé dans un tweet en 2017 en lançant le mot-clé #Balancetonporc.
Sandra Muller est poursuivie par Eric Brion, ex-patron d'Equidia qu'elle a nommé dans un tweet en 2017 en lançant le mot-clé #Balancetonporc. — Angela WEISS / AFP

L'initiatrice de #BalanceTonPorc, emblématique de la vague de libération de la parole des femmes dénonçant agressions et harcèlements sexuels, a été condamnée ce mercredi pour avoir diffamé l'homme qu'elle accusait de harcèlement, a-t-on appris de sources concordantes.

Le tribunal de Paris a condamné Sandra Muller pour diffamation à 15.000 euros de dommages et intérêt au titre du préjudice moral, selon la décision consultée par l'AFP. Son avocat Francis Szpiner a indiqué qu'il entendait faire appel.

L'équivalent français de #MeToo

Le 13 octobre 2017, Sandra Muller, journaliste pour la Lettre de l’audiovisuel, tweetait le message suivant : « #balancetonporc !! toi aussi raconte en donnant le nom et les détails un harcèlent (sic) sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends. »

Message suivi quatre heures plus tard par un second tweet : « "Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit" Eric Brion ex-patron de Equidia #balancetonporc ». 

La parole de milliers de femmes dénonçant harcèlement ou agressions sexuelles s'était libérée sous ce mot-dièse #balancetonporc, rapidement devenu viral, et sous son équivalent en anglais #Metoo (#MoiAussi) lancé par l'actrice Alyssa Milano. Eric Brion, consultant et ancien directeur général de la chaîne de télévision Equidia, avait attaqué Sandra Muller en diffamation.