Attaque d’une mosquée à Colmar : Le profil du suspect reste flou

ENQUETE Le suspect devrait rester hospitalisé plusieurs jours. Ses motivations demeurent pour l’instant inconnues

Nils Wilcke

— 

Les motivation du principal suspect de l'attaque de la mosquée de Colmar restent pour l'heure inconnus.
Les motivation du principal suspect de l'attaque de la mosquée de Colmar restent pour l'heure inconnus. — SEBASTIEN BOZON / AFP
  • Deux jours après l’attaque de la Grande mosquée de Colmar, dans le Haut-Rhin, le profil du principal suspect reste flou.
  • « Les motivations de l’auteur sont encore inconnues », indique ce dimanche soir la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, dans un communiqué.
  • L’homme, né à Grenoble en 1980, n’a pas d’antécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a quelques années.

Deux jours après l’attaque de la Grande mosquée de Colmar, dans le Haut-Rhin, le profil du principal suspect reste flou. Et ses motivations « sont encore inconnues » à ce stade des investigations, souligne ce dimanche soir la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, dans un communiqué.

L’expression "Allah Akbar" entendue à plusieurs reprises

L’homme qui a foncé sur la mosquée samedi soir, vers 19h10, est né à Grenoble en 1980. Il n’a pas d’antécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a quelques années, indique la magistrate. Après avoir percuté le portail de l’enceinte puis la double porte d’entrée de la salle de prières, il est sorti de son véhicule et a saisi un bâton trouvé sur place. C’est à ce moment-là qu’il a été neutralisé par des fidèles venant d’arriver.

« Il était en partie couvert de sang sur la partie supérieure de la tunique blanche qu’il portait, type djellaba arrivant au-dessus des chevilles », ajoute la procureure qui précise que « plusieurs témoins ont entendu l’individu prononcer l’expression "Allah Akbar" à plusieurs reprises ». Par chance, aucun blessé n’est à déplorer.

Le suspect devrait rester hospitalisé plusieurs jours

Bien que le parquet antiterroriste ait été avisé, le parquet de Colmar reste saisi des faits, ce qui semble indiquer que l’hypothèse d’une attaque terroriste n’est pas privilégiée par les enquêteurs pour le moment. « Les faits retenus sont actuellement qualifiés de dégradations volontaires, violences aggravées et tentatives de meurtre », fait d’ailleurs savoir Catherine Sorita-Minard.

Le suspect a été hospitalisé et n’a pas encore été entendu et examiné par un psychiatre « compte tenu de son état de santé ». Il devrait rester hospitalisé plusieurs jours. Par ailleurs, une perquisition de son domicile a été menée dans la journée, sans que des éléments susceptibles d’intéresser l’enquête soient trouvés. Des auditions de la famille et de l’entourage de l’homme sont toujours en cours.

La police judiciaire de Strasbourg​ a été chargée de l’enquête et les premières investigations ont été menées par l’antenne de PJ de Mulhouse. Enfin, l’association Espoir, qui vient en aide aux victimes dans le secteur, a été mise à la disposition « des victimes et des témoins choqués », annonce le parquet.