Eure : 14 militants antispécistes jugés pour avoir libéré des animaux dans trois élevages

DROITS DES ANIMAUX Ils sont notamment accusés d’avoir causé la mort de plus de 1.400 dindes lors d’une opération, ce que les militants contestent

20 Minutes avec agence

— 

Un élevage de dindes (illustration)
Un élevage de dindes (illustration) — M. Gile/ SIPA

Quatorze membres de l’association Boucherie Abolition, étaient jugés ce vendredi à Evreux (Eure). Âgés de 25 à 50 ans, ils sont accusés d’avoir libéré des animaux dans trois élevages de Normandie et d’Eure-et-Loir, rapporte France 3 Normandie.

Les charges retenues contre eux étaient « vol aggravé », « violation de domicile », « dégradation du bien d’autrui » et « entrave à la liberté du travail ». Le 13 décembre 2018 et le 14 avril 2019, les militants avaient libéré des poules, des dindes et des cochons de ces exploitations.

1.430 dindes mortes étouffées ?

Les opérations ont été filmées par les activistes à visage découvert. Les images ont ensuite été diffusées sur les réseaux sociaux. Dans l’Eure, une de ces actions aurait causé le mort de plus de 1.400 dindes, selon une source de L’Express. « Les militants sont entrés dans le bâtiment sans prendre aucune précaution et en criant », explique Anne Richard, directrice de l’association nationale interprofessionnelle de la volaille Antivol.

« Ils n’ont pas voulu les tuer, évidemment, mais ils ont provoqué un mouvement d’affolement qui a conduit les dindes à se précipiter les unes sur les autres », poursuit-elle. Les prévenus, qui contestent ce dernier fait, risquent cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende. Le procès a été suspendu, car les magistrats n’arrivent pas à trancher sur le statut juridique de l’animal, rapporte France 3.