Var : Venus d’Italie voler de l’eucalyptus, ils écopent de six mois de prison avec sursis

VOL DE FEUILLAGE « Si le fléau de Saint-Tropez l’été, c’est l’arrachage de montres de luxe, celui de Tanneron en Provence verte, c’est la coupe illégale de plantes protégées », dénonce le parquet

20 Minutes avec AFP

— 

Les eucalyptus poussent dans le Tanneron, massif qui s’étend dans les Var et les Alpes-Maritimes.
Les eucalyptus poussent dans le Tanneron, massif qui s’étend dans les Var et les Alpes-Maritimes. — R. Ben-Ari / Newscom / Sipa

Deux jeunes ressortissants moldave et roumain, venus d'Italie et surpris en flagrant délit de vol de feuillage d'eucalytpus en mai sur la commune horticole de Tanneron ( Var), ont été condamnés jeudi à six mois de prison.

«Si le fléau de Saint-Tropez l'été, c'est l'arrachage de montres de luxe, celui de Tanneron en Provence verte, c'est la coupe illégale de plantes protégées», a dénoncé la représentante du parquet, suivie dans ses réquisitions par le juge du tribunal correctionnel de Draguignan.

Deux cousins, absents à l'audience

Après avoir tenté de fuir à l'arrivée des gendarmes prévenus par un horticulteur, les deux cousins de 20 et 24 ans, sans profession et absents à l'audience, s'étaient laissés interpeller sans résistance le 4 mai, en contrebas d'une départementale bordée d'eucalyptus, dont le feuillage est prisé chez les fleuristes. Une scie et deux sécateurs ont été retrouvés à proximité.

Dans leur véhicule, une Fiat immatriculée en Italie, ils avaient déjà mis en ballots environ 200 kg de feuillage, qu'ils ont affirmé vouloir revendre sur le marché de San Remo en Italie, leur lieu de résidence.

Aucun ne parlait le français. Assisté d'un interprète, l'un d'eux avait affirmé aux gendarmes : «Je pensais que cet endroit était abandonné et pouvoir me servir sans faire de tort», ajoutant qu'il pouvait appeler sa famille pour rembourser le préjudice estimé entre 800 et 1.200 euros.

Ils comptaient les revendre 80 centimes le kilo à San Remo

Des explications peu crédibles, selon le parquet. Celui-ci a rappelé une précédente interpellation en 2015 pour des faits similaires à Peille, près de Nice, restée sans suites judiciaires.

En réponse aux questions des gendarmes, les deux hommes avaient affirmé travailler pour leur compte et revendre le branchage 80 centimes le kilo à San Remo, alors que les horticulteurs soupçonnent l'existence d'une filière.

Célèbre pour la culture du mimosa depuis plusieurs générations, Tanneron abrite une cinquantaine d'horticulteurs, dont certains se sont lancés depuis les années 1960 dans l'eucalyptus, profitant des qualités du sol sablonneux et acide, qui donne au feuillage une belle couleur bleu-grise, appréciée par les grossistes hollandais. Cet arbuste en provenance d'Australie s'est acclimaté sur la Côte d'Azur.

«Depuis des années, malheureusement, il faut qu'on fasse très attention, ils nous volent le feuillage à la tombée de la nuit, c'est un fléau», a expliqué avant l'audience le maire Robert Trabaud.