Montpellier : Vingt-sept ans de prison pour le meurtrier de la maison de retraite de Monferrier-sur-Lez

JUSTICE Une lingère avait été poignardée à plusieurs reprises, en novembre 2016

N.B.

— 

Le palais de justice de Montpellier, qui abrite les assises de l'Hérault.
Le palais de justice de Montpellier, qui abrite les assises de l'Hérault. — N. Bonzom / Maxele Presse

Un quinquagénaire a été condamné mardi à 27 ans de réclusion, et 18 ans de sûreté, pour le meurtre d'une employée d'une maison de retraite de Montferrier-sur-Lez, près de Montpellier, dans l’Hérault, rapporte Midi Libre. La cour d’assises a reconnu coupable cet ancien employé de l’établissement de meurtre et de vol avec arme.

L’avocat général avait requis lundi une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

« Je regrette d’avoir enlevé une vie pour préserver mon identité »

Le 26 novembre 2016, l’homme avait tué de six coups de couteau l’employée de cette maison de retraite qu’il souhaitait, selon ses dires, cambrioler. Le quinquagénaire s’en était pris à la victime parce qu’elle avait vu son visage. « Je regrette d’avoir enlevé une vie pour préserver mon identité », a-t-il indiqué, devant les assises, poursuit le journal.

Ce soir-là, les forces de l’ordre avaient d’abord pensé à une attaque terroriste, visant ce bâtiment où vivaient des religieux. C’est une aide-soignante qui avait donné l’alerte, indiquant qu’un homme cagoulé avait fait irruption dans la maison de retraite. Le corps d’une lingère avait été retrouvé, poignardée à plusieurs reprises, avant que le suspect, ex-agent de sécurité de l’établissement, ne soit arrêté quelques heures plus tard.