Lyon : Les militants qui avaient décroché et volé un portrait de Macron ont été relaxés

PROCES Les deux militants d’Alternatiba ont été relaxés ce lundi devant le tribunal correctionnel de Lyon

Elisa Frisullo

— 

Les militants avaient décroché et subtilisé un portrait d'Emmanuel Macron à Lyon en février. Illustration.
Les militants avaient décroché et subtilisé un portrait d'Emmanuel Macron à Lyon en février. Illustration. — ANV-COP21 Mulhouse/Sud-Alsace

Lors du procès, le 2 septembre dernier, une amende de 500 euros avait été requise à leur encontre. Mais c’est finalement la relaxe qui a été prononcée ce lundi devant le tribunal correctionnel de Lyon pour Fanny et Pierre, les deux militants lyonnais de 33 et 35 ans jugés pour avoir décroché et volé un portrait d'Emmanuel Macron à Lyon en février.

Le juge a ordonné « la relaxe au bénéfice de l’état de nécessité et pour motif légitime ». Une véritable victoire pour les militants écologistes d’Alternatiba qui, comme partout où de tels faits ont eu lieu en France, avaient expliqué vouloir dénoncer « l’inaction climatique du gouvernement » en subtilisant le portrait présidentiel au sein de la mairie du 2e arrondissement.

En juin dernier, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait également relaxé trois activistes qui avaient décroché le portrait du président à Kolbsheim. Mais dans le cadre de ce mouvement d’action national, qui a déjà donné lieu au « décrochage » de plus de 130 portraits en France, d’autres militants ont été condamnés. Un membre de l’association Action non violente COP21 Beaujolais a été condamné à une amende ferme de 250 euros, en juin. Les cinq autres personnes jugées à ses côtés ont écopé d’une amende avec sursis de 500 euros.