Nîmes : Le multirécidiviste Luc Tangorre à nouveau condamné pour agressions sexuelles

JUSTICE Déjà condamné à deux reprises par des cours d’assises, gracié par François Mitterrand, le prévenu a été condamné pour des attouchements sur des mineurs remontant à 2014

Jérôme Diesnis

— 

Le tribunal de Nîmes (illustration).
Le tribunal de Nîmes (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Le tribunal correctionnel de Nîmes a condamné à trois ans et demi de prison Luc Tangorre pour des attouchements sexuels. Il était accusé par trois adolescentes de les avoir agressées au cours de l’été 2014 au Grau-du-Roi. Malgré les témoignages accablants et précis des mineurs, ainsi que le fait que ces enfants ne se connaissaient pas, le prévenu, aujourd’hui âgé de 60 ans, a nié les faits du début à la fin de son procès.

A deux reprises, par le passé, cet homme – qui s’est par ailleurs vu signifier une interdiction de cinq ans de séjour dans le Gard – a été condamné par la cour d’assises pour des viols.

Gracié par François Mitterrand

Il avait notamment été condamné en 1981 pour 11 viols et agressions sexuelles. Il avait obtenu une grâce présidentielle partielle quelques années plus tard. Avant d’être condamné de nouveau à 18 ans de prison en 1992 pour le viol de deux étudiantes américaines.

Le procureur de Nîmes, Stanislas Vallat, avait requis quatre à cinq ans d’emprisonnement.