Paris : Ouverture du procès de Cédric Naudon, l’entrepreneur escroc de la « Jeune Rue »

AUDIENCE Près de cinq ans après l’effondrement de ce projet commercial ambitieux, Cédric Naudon, mystérieux homme d’affaires, est jugé le 10 septembre au tribunal correctionnel de Paris

Sélène Agapé

— 

(Illustration) Paris, le 2 décembre 2014, trois rues du 3e arrondissements attendent toujours la trentaine de boutiques de la Jeune Rue de Cédric Naudon.
(Illustration) Paris, le 2 décembre 2014, trois rues du 3e arrondissements attendent toujours la trentaine de boutiques de la Jeune Rue de Cédric Naudon. — O. Gabriel / 20 Minutes
  • Cédric Naudon a fait sensation en 2014 avec son vertigineux projet de la « Jeune Rue » : l’ouverture de 36 commerces de proximité « beaux et bons » dans trois rues du Marais (Vertbois, Volta et Notre-Dame-de-Nazareth).
  • L’idée, qui a tourné au fiasco, s’est soldée par la mise en examen de l’entrepreneur de 47 ans pour notamment escroqueries et tentatives d’escroqueries, abus de confiance, abus de biens sociaux, banqueroute par détournement d’actifs, le 11 mars 2016.
  • Cédric Naudon et son projet gastronomique, écolo et design sont à nouveau devant la justice, ce 10 septembre, au tribunal correctionnel de Paris.

Une idée révolutionnaire qui aura finalement échaudé le 3e arrondissement de Paris. C’est en ces quelques mots que l’on peut résumer le dessein avorté de la «  Jeune Rue », lancé en janvier 2014 par le présumé entrepreneur fortuné Cédric Naudon. Son ambition : transformer ce quartier de Paris en marché gastronomique, écologique et tendance. L’offre alléchante se révélera en moins d’un an être une supercherie.

Mis en examen, le 11 mars 2016, notamment pour escroqueries et tentatives d’escroqueries, abus de confiance, abus de biens sociaux, banqueroute par détournement d’actifs et placé en détention provisoire quatre mois, Cédric Naudon sera jugé ce mercredi 10 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris. Huit banques se sont notamment constituées parties civiles.

Autopsie d’une chimère

Comment le projet de la « Jeune Rue » s’est-il effondré comme un château de cartes ? Pour donner vie à ce projet pharaonique chiffré à plus de 30 millions d’euros, l’homme d’affaires de 47 ans avait acquis 36 commerces de proximité (épicerie, boucherie, poissonnerie, etc.) dans les rues du Vertbois, Volta et Notre-Dame-de-Nazareth. Le rêve a ensuite tourné au cauchemar… tourmenté par des factures et des salaires impayés, des licenciements, des travaux interminables, des liquidations, des prêts bancaires refusés et des procédures judiciaires.

Un collectif d’une vingtaine d’anciens salariés avait dénoncé en 2015 « un système de financement et de gestion d’une totale opacité ». « Cette gestion catastrophique, mêlée à la soif démesurée de reconnaissance de son dirigeant, a finalement mené la "Jeune Rue" dans l’impasse et conduit à la trahison des idéaux portés par ce projet », avaient-ils relevé. « Je me suis emballé, confiait Cédric Naudon à Libération. Ça arrive à des milliers de projets dans le monde. Je suis parti sur le mauvais cheval. »

Une « cavalerie bancaire »

L’un des points à éclaircir dans cette affaire est un prêt à hauteur de dix millions d’euros non accordé au quadragénaire par la Banque publique d’investissement (BPI). La somme, brandie comme gage de crédibilité par l’entrepreneur auprès de ses collaborateurs, constituait la majeure partie des 30 millions d’investissements nécessaires à la concrétisation du projet. « Cet investissement était stratégique, soutient Me Grégory Levy, l’avocat de Cédric Naudon, interrogé par Le Parisien. Avec une telle injection de capitaux, la greffe aurait pris. »

Mais l’organisme lui a finalement refusé cet emprunt après deux audits concluant que « la réalité ne correspond pas à ce qui a été présenté ». Toutefois, la BPI avait rédigé une « lettre d’intention » avant de prendre connaissance de ces résultats, que l’homme d’affaires s’est empressé d’utiliser. « Au regard de la réputation de cet établissement, il était légitime d’y [les entreprises invitées à rejoindre la « Jeune Rue »] croire, plaide Me Levy au Parisien. C’est peut-être la seule erreur que mon client a commise. »

Une série de documents préjudiciables pour Cédric Naudon ont été saisis et examinés au cours de l’enquête. Ils mettent en exergue une « cavalerie bancaire » opérée par l’entrepreneur, visant à débloquer un prêt pour en financer un autre. L’agence de renseignement de Bercy Tracfin avait d’ailleurs révélé mi-2015 « de nombreux flux financiers croisés », « simulant des opérations commerciales aux yeux des banques et créant une apparence de solvabilité ». « Il n’y a pas eu un centime d’euros d’enrichissement personnel » concernant le projet de la « Jeune Rue », souligne Me Grégory Lévy. « Ce projet mobilisait des sommes colossales, mais c’est justement son ampleur qui faisait son intérêt… et son risque. Ça s’est joué à pile ou face », soutient-il.

Une personnalité trouble

La chute d’un féroce homme d’affaires ou un manipulateur né ? L’instruction du procès de Cédric Naudon devrait aussi s’intéresser à sa personnalité et les mystères qui l’entourent. Son passé, sa fortune, son ascension reste nébuleux. Né au Maroc à Rabat, avant de déménager en banlieue parisienne, il prétend avoir obtenu aux Etats-Unis un MBA et un diplôme d'« international finance of trading », puis s’est enrichi dans l’immobilier outre-Atlantique. Son train de vie luxueux (voitures de sport de location, domicile place Vendôme, œuvres d’art de plusieurs centaines de milliers d’euros) avait aussi été passé à la loupe.

Avant la « Jeune Rue », « Mister X » – comme le surnommait The Financial Times – aurait monté des affaires au Canada, où il est en tout cas poursuivi par son ex-beau-frère l’humoriste Bruno Gaccio pour un prêt de 700.000 euros qui ne lui a jamais été remboursé. L’ancien auteur des Guignols lui avait alloué cette somme pour le lancement d’une chaîne de magasins d’importation, la Sérénité. La justice canadienne a estimé en 2005 que Naudon et sa compagne avaient « confondu leur patrimoine personnel et professionnel ».

« Naudon, c’est Philippe Berre, ce personnage qui a berné un village entier pour construire un tronçon d’autoroute », caricature Johann Berger, l’ancien directeur du chantier de la « Jeune Rue » dans L’Obs en 2015.