Les deux agresseurs présumés de Patrick Balkany en comparution immédiate lundi

GARDE A VUE Deux hommes sont accusés d’avoir agressé le maire de Levallois-Perret, jeudi

20 Minutes avec AFP

— 

Patrick Balkany est le maire de Levallois-Perret.
Patrick Balkany est le maire de Levallois-Perret. — ERIC FEFERBERG / AFP

Deux hommes, qui avaient été placés en garde à vue jeudi pour avoir pris à partie et menacé le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany seront jugés en comparution immédiate lundi, a indiqué dimanche le parquet de Nanterre. A l’issue des quarante-huit heures de garde à vue, les deux hommes ont été déférés samedi soir devant un juge des libertés et de la détention qui les a placés en détention provisoire, selon le parquet.

Ils comparaîtront lundi pour « intimidations » et « menaces de mort envers une personne dépositaire de l’autorité publique », l’un d’entre eux étant aussi poursuivi pour des menaces de mort envers une des deux femmes qui ont pris la défense du maire jeudi après-midi. Le maire de Levallois-Perret a affirmé dans un communiqué vendredi avoir été « agressé dans la rue par deux militants de la LDNA », la Ligue de défense noire africaine, qui lui reprochaient de « ne pas intervenir dans un conflit d’ordre privé » concernant une commerçante de la ville.

La LDNA conteste

Patrick Balkany a déclaré avoir tenté de couper court à la conversation, mais il écrit que les deux hommes l’ont « invectivé et insulté tout au long du chemin menant à l’hôtel de ville » avant que l’un des deux ne le « bouscul(e) » en l’attrapant « par l’épaule ». Une gardienne d’immeuble et une agente administrative de la ville se sont interposées, a indiqué Isabelle Balkany, première adjointe du maire. Elles ont été elles aussi « prises à partie et bousculées par les deux hommes ».

Sur son compte Twitter, la LDNA a dénoncé une garde à vue « abusive » de son porte-parole et d’un militant. « Nous sommes dans le cas classique de victimes véritables d’agressions à qui l’on cherche [à] faire endosser le rôle inverse », peut-on lire dans un communiqué. L’association parle d’une « tentative d’intimidation » sur une commerçante de la part du maire, accusant ce dernier d’un « comportement particulièrement violent ».

Patrick et Isabelle Balkany sont en attente de leur jugement dans deux affaires judiciaires. Le 13 septembre, la justice doit rendre sa décision dans un premier volet de « fraude fiscale » ; le 18 octobre, elle doit trancher dans un second volet où le couple est soupçonné de « blanchiment à grande échelle ».