« Gilets jaunes » à Montauban : Quatre mois avec sursis pour avoir un slogan « anti-flics » sur sa camionnette

JUSTICE « Flic suicidé, à moitié pardonné ». L’auteur de ce slogan, affiché sur sa camionnette, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis à Montauban ce vendredi

20 Minutes avec AFP

— 

Un «Gilet jaune» lors d'une manifestation. Illustration.
Un «Gilet jaune» lors d'une manifestation. Illustration. — Th. Renaut / Sipa

« Flic suicidé, à moitié pardonné », « c’est le slogan le plus stupide que j’aie trouvé », a reconnu son auteur ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Montauban. Fin avril, cet habitant de Caussade​, dans le Tarn-et-Garonne, avait affiché sa trouvaille sur la lunette arrière de sa fourgonnette.

A la barre, l’homme de 69 ans, «gilet jaune» revendiqué, a concédé s’être comporté comme un « mouton de Panurge ». Le tribunal, qui a délibéré dans la foulée, l’a condamné à quatre mois de prison avec sursis pour « outrage sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Il devra de plus payer 1.000 euros de dommages et intérêts au syndicat Alliance police, partie civile dans ce dossier.

D’ailleurs, avant l’ouverture de l’audience, quelque 200 policiers ont manifesté devant le palais de justice de Montauban. « On ne veut pas du laxisme de la justice pour que ce genre de fait ne se réitère plus et faire en sorte que ces individus soient sanctionnés fortement », a souligné Fabien Vanhemelryck, le secrétaire général d’Alliance police.

Au 22 août, 47 policiers s’étaient suicidés selon la police nationale​. En 2018, 35 policiers et 33 gendarmes se sont donné la mort.