Londres: 110.000 euros d'amende pour un homme qui louait son HLM sur Airbnb

IMMOBILIER L'occupant, qui sous-louait illégalement son HLM sur Airbnb depuis 2013, a été expulsé du logement

20 Minutes avec agence

— 

Londres, capitale de l'Angleterre. Illustration.
Londres, capitale de l'Angleterre. Illustration. — Claire Doherty/Pacific Pr/SIPA

Alors que le prix de l’immobilier explose dans de nombreuses capitales européennes, la mairie de Londres durcit le ton contre les locataires qui seraient tentés de sous-louer leur appartement sur Airbnb. Un homme de 37 ans en a récemment fait les frais, rapporte Le Figaro.

Ce locataire a été lourdement condamné pour avoir sous-loué illégalement son HLM en centre-ville de Londres. Le studio en question, situé non loin du palais de Buckingham, était proposé aux voyageurs depuis 2013 pour la modique somme de 120 euros par nuit.

Une lourde amende et une expulsion

Poursuivi pour fraude, le locataire a été condamné à une amende record de 100.000 livres (110.000 euros). Selon le Times, il a été expulsé de son logement. «  Le logement social est une solution indispensable pour nos résidents dans le besoin, pas pour générer des profits illicites pour des locataires malhonnêtes », a commenté un membre du conseil municipal de Westminster.

Ce cas est un bon exemple d’un phénomène d’ampleur. Les autorités londoniennes estiment que près de 1.500 annonces de location dans ce quartier très prisé seraient illégales, c’est-à-dire faites sans le consentement du propriétaire ou ne respectant pas le seuil de 120 jours annuels par an fixé par la loi. En France en 2018, le total des amendes infligées dans ces cas s’élevait à 2,1 millions d’euros, soit une hausse de 61 % par rapport à 2017.