Safari-chasse en Afrique: La Fédération nationale des chasseurs veut porter plainte contre Système U

JUSTICE Président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen annonce ce jeudi vouloir poursuivre devant les tribunaux Système U, après le départ des gérants d’un supermarché de L’Arbresle (Rhône), amateurs de safari-chasse

J.Lau.

— 

Le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen, ici en octobre 2018.
Le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen, ici en octobre 2018. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La polémique des gérants du Super U de L’Arbresle (Rhône) amateurs de safari-chasse s’est évidemment dissipée sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de la démission du couple, le 9 juillet. Mais les plaintes visant à défendre les anciens responsables du supermarché s’enchaînent. Une semaine après l'annonce de leur avocat Alain Jakubowicz, qui compte poursuivre les personnes ayant menacé de mort ses clients sur Internet, le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen est à son tour monté au créneau.

Dans une interview publiée ce jeudi dans Le Progrès, celui-ci explique vouloir « porter plainte contre Système U » : « Je suis profondément choqué qu’on puisse détruire la vie de quelqu’un juste parce qu’on n’accepte pas l’activité légale qu’il pratique. Si on devait virer tous les mecs qui travaillent dans des Super U et qui chassent, ça ferait pas mal de monde en moins à la campagne ».

« La nature, ce n’est pas le monde des Bisounours »

Selon lui, les chasseurs sont « stigmatisés » dans le communiqué de presse de U Enseigne justifiant le départ des gérants de L’Arbresle : « Le terme ''agissements'' pour parler de leur activité de chasse en Afrique, c’est discriminatoire. On n’est pas face à un braconnage. Leur activité est légale ».

Dénonçant « un système d’intolérance exacerbée », Willy Schraen s’est également fendu d’une punchline dans cette interview : « En France, on se représente le lion en demi-dieu, on imagine Le Roi Lion. La nature, ce n’est pas le monde des Bisounours ».