Un homme mis en examen et écroué pour des milliers d'images pédopornographiques et nécrophiles

ENQUETE Il est également soupçonné d'avoir eu pour projet d'enlever un enfant

20 Minutes avec AFP

— 

Lille, le 21 janvier 2015. L'allégorie de la justice a été restaurée et installée dans une salle spéciale du Musée de l'hospice Comtesse. La restauration a été possible grâce au mécénat du barreau de Lille.
Lille, le 21 janvier 2015. L'allégorie de la justice a été restaurée et installée dans une salle spéciale du Musée de l'hospice Comtesse. La restauration a été possible grâce au mécénat du barreau de Lille. — M.Libert/20 Minutes

Une veille opérée sur les réseaux sociaux et des forums sur Internet a permis de l’identifier. Pour finalement l’interpeller lundi, après plusieurs mois d’enquête. Un homme de 28 ans – franco-espagnol, sans antécédents judiciaires, sans enfant et « inséré socialement », selon des sources concordantes – a été mis en examen et écroué ce mercredi à Paris pour la détention de milliers d’images pédopornographiques, dont certaines à caractère nécrophile. Il est également soupçonné d’avoir eu pour projet d’enlever un enfant.

Présenté à un juge d’instruction mercredi, il a été mis en examen pour « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime », « viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans », « détention, diffusion, enregistrement et fixation, captation d’images pédopornographiques », « consultation habituelle de sites pédopornographiques » et « atteinte à l’intimité de la vie privée par captation d’images », dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le même jour, a précisé une source judiciaire.

L’enquête a commencé à Lyon en 2018

Conformément aux réquisitions du parquet, le mis en examen a ensuite été placé en détention provisoire. L’enquête avait commencé à l’automne 2018 à Lyon, avant d’être transférée au parquet de Paris en avril, en raison du lieu de résidence du suspect. Les investigations avaient alors été confiées à la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne.

Lors de son interpellation, du matériel informatique a été saisi contenant des centaines de milliers d’images à caractère pédopornographique, dont certaines sur lesquelles cet homme apparaît, et d’autres au caractère à la fois pédopornographique et nécrophile, selon une source proche du dossier.

Le projet d’enlèvement d’un enfant suspecté

Les investigations « laissent penser que cet homme avait également un projet d’enlèvement d’un enfant, pouvant aboutir à son décès », ont précisé les sources concordantes.

Les lieux où ont été commis les agressions sexuelles et les viols dont il est soupçonné, en France ou à l’étranger, devront également être déterminés par les enquêteurs dans le cadre de l’information judiciaire.