Paris: Six mois de prison avec sursis requis contre la sœur du prince héritier saoudien pour des violences sur un artisan

PROCES Elle est suspectée d’avoir donné l’ordre à son garde du corps de frapper un artisan 

20 Minutes avec AFP

— 

Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (Illustration)
Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (Illustration) — DOMINIQUE JACOVIDES-POOL/SIPA

Absente à l’audience, Hassa bint Salmane, la sœur du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, est jugée, ce mardi, par le tribunal correctionnel de Paris. Elle est suspectée d’avoir donné l’ordre à son garde du corps de frapper un artisan qui effectuait des travaux dans son appartement parisien en 2016. Le plombier, appelé pour réparer une vasque dans l’appartement occupé par la princesse, est lui-même accusé par cette dernière d’avoir pris des photos volées.

En soirée ce mardi, l'accusation a requis six mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende contre la sœur du prince héritier saoudien.

Pas de preuve formelle, « mais »…

La procureuse regrette la destruction du téléphone portable de l’artisan – « On ne saura jamais ce qu’il y avait sur ces photos » - et elle relève qu’il n’y a pas de preuve formelle que la princesse ait « formellement ordonné de frapper » le plombier. « Mais », ajoute-t-elle, « elle est l’autorité de fait dans cet appartement du 81, avenue Foch ce 26 septembre 2016 ». Date et lieu des faits.

« Elle est en colère et je la comprends : personne ne l’a prise en photo depuis ses huit ans », l’artisan Ashraf Eid est peut-être un « ennemi de son pays » prêt à vendre ces photos ou « à la solde de Daech », lance la magistrate. Mais pour l’accusation, la fille du roi d’Arabie est bien complice de violence avec arme et séquestration « par provocation et par abus de pouvoir ».

Huit mois avec sursis requis contre le garde du corps

Contre l’agent de « protection rapproché » Rani Saïdi, seul présent à l’audience, la procureure a requis huit mois d’emprisonnement avec sursis et 5.000 euros d’amende.

Après le réquisitoire, la défense a commencé à plaider.