Affaire Preynat: Accusé de pédophilie, le prêtre lyonnais réduit à l'état laïc

CONDAMNATION Il s'agit de la plus lourde peine que peut prononcer la justice de l'Eglise

Manon Aublanc avec Elisa Frisullo

— 

Illustration dans une église.
Illustration dans une église. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Le père Bernard Preynat, accusé d’agressions sexuelles sur des scouts de Sainte-Foy-Les-Lyon, a été condamné ce jeudi au renvoi de l’état clérical par le tribunal ecclésiastique.
  • Il s’agit de la plus lourde peine que peut prononcer la justice de l’Eglise.

Jugé coupable par ses pairs. Accusé d’agressions sexuelles​ sur de jeunes scouts de la région lyonnaise avant 1991, le père Bernard Preynat a été condamné​, ce jeudi, à un « renvoi de l’état clérical », soit la plus lourde peine que peut prononcer la justice de l’Eglise.

« Au regard des faits et de leur récurrence, du grand nombre de victimes, du fait que l’abbé Bernard Preynat a abusé de l’autorité que lui conférait sa position au sein du groupe scout (…), le tribunal a décidé de lui appliquer la peine maximale prévue par le droit de l’Église dans un tel cas, à savoir le renvoi de l’état clérical », détaille le tribunal ecclésiastique dans un communiqué.

Une probable indemnisation des victimes

« La culpabilité de l’abbé Bernard Preynat étant désormais reconnue par ce tribunal, ce dernier pourra désormais se consacrer plus entièrement à l’étude de chacune des demandes de réparation financière des victimes », poursuit-il.

« C’est une grande satisfaction de savoir que, par cette condamnation, l’Eglise elle-même reconnaît le statut des victimes et prononce la sanction la plus lourde prévue par le droit canon pour un prêtre », a réagi l’un des anciens scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon, contacté par 20 Minutes. « Cette condamnation est parfaitement méritée et justifiée vu le nombre de cas et de victimes, ajoute Pierre-Emmanuel Germain-Thill, membre de la Parole Libérée. Ces abus sexuels sont enfin reconnus au sein de l’Eglise. »

Pour lui, l’indemnisation financière est « indispensable ». « C’est pour toutes les victimes, après cette condamnation, une mesure pour nous permettre de nous reconstruire. Moi, j’ai raté toute ma scolarité, ma vie affective. Mais même ceux qui ont réussi dans la vie gardent des traumatismes. C’est aussi une manière de corriger un abus spirituel », estime l’ancien scout.

Bientôt un procès au pénal

Bernard Preynat dispose désormais d’un délai d’un mois pour interjeter appel devant le Tribunal de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Au-delà de la justice ecclésiastique, l’ancien prêtre a été mis en examen en janvier 2016 pour agressions sexuelles sur mineurs après que les anciens scouts de La Parole Libérée ont exhumé l’affaire.

L’homme de 74 ans devrait être jugé dans les prochains mois mais la date n’a pas encore été fixée. Dans son réquisitoire, le parquet de Lyon a demandé récemment le renvoi de l’abbé devant le tribunal correctionnel. Huit victimes ont été retenues sur les dizaines de cas recensés depuis 2016, car la majorité des faits présumés sont couverts par la prescription.