Attentat de Nice: Les 150 parties civiles vont être auditionnées dans l'enquête sur le dispositif de sécurité

INVESTIGATIONS Cette étape « qui devrait se dérouler tout l’été » permettrait de boucler l’instruction « avant Noël », selon le procureur de la République de Nice

Fabien Binacchi

— 

L'ancien mémorial de l'attentat de Nice
L'ancien mémorial de l'attentat de Nice — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Les juges d’instruction en charge de l'enquête sur la sécurisation de la promenade des Anglais, le soir de l'attentat du 14 juillet 2016, vont auditionner 150 parties civiles dans les prochaines semaines. Une des dernières étapes des investigations « qui devrait se dérouler tout l’été », a annoncé ce lundi le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre.

« L’enquête va désormais se concentrer sur ces victimes. Elles vont devoir dire ce qu’elles ont à dire de manière factuelle mais aussi quel est leur préjudice vu qu’en se constituant parties civiles, elles demandent réparation », a précisé le magistrat. Après cette étape, « l’instruction pourrait être bouclée avant Noël », a-t-il également indiqué.

Pas d’éventuels renvois avant la mi-2020

Mais le renvoi ou non d’éventuels responsables devant les juridictions compétentes n’interviendrait pas avant les cinq ou six premiers mois de l’année prochaine, selon Jean-Michel Prêtre, en fonction « de procédures incompressibles ».

Le maire de Nice Christian Estrosi et son premier adjoint Philippe Pradal, dont les casquettes étaient inversées au moment de l’attentat, ont été entendus comme témoins assistés, en avril, dans le cadre de cette enquête lancée pour déterminer d’éventuels manquements quant à la sécurité mise en place le soir de l’attentat qui a fait 86 morts.

François-Xavier Lauch, aujourd’hui chef de cabinet d’Emmanuel Macron et directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes en juillet 2016, a également été auditionné par les enquêteurs sous le même statut de témoin assisté.