Corse: Prison avec sursis requis contre l'ancien patron de «Corse-Matin»

JUSTICE L’ancien patron de «Corse-Matin» est accusé d’abus de biens sociaux dans une affaire liée à un membre présumé de la bande du « Petit Bar »

20 Minutes avec AFP

— 

Des Unes du journal «Corse Matin »
Des Unes du journal «Corse Matin » — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Huit mois de prison avec sursis ont été requis mardi à Ajaccio  ​contre l’ex-directeur général de Corse-Matin également entrepreneur immobilier, Antony Perrino pour «abus de biens sociaux»  en lien avec un membre présumé de la bande criminelle du « Petit Bar ».

Dix mois de prison ferme ont été requis pour « blanchiment de fraude fiscale » contre Pascal Porri, membre réputé appartenir à la bande du Petit Bar et notamment condamné en 2011 à six ans de prison pour « participation à une association de malfaiteurs ». Dix mois de prison avec sursis ont également été requis contre l’épouse de ce dernier, Valérie Mouren, poursuivie pour les mêmes faits.

Au cœur de cette affaire, la location à Valérie Mouren par une société de commerce immobilier gérée par Antony Perrino d’un appartement de 163 m² avec 70 m² de terrasse en dernier étage, vue mer, d’un immeuble neuf de standing d’Ajaccio pour un loyer de 1.500 euros considéré par le ministère public comme étant « très largement en dessous des prix du marché ».