Marseille: La jeune femme qui avait «volé» un bébé placée sous bracelet électronique pour cinq mois

JUSTICE Ses avocats avaient déposé une demande de libération conditionnelle. Elle a été rejetée, mais la juge d’application des peines a tout de même décidé d’aménager la fin de sa peine

J.S.-M.

— 

Fiona avait volé un bébé dans une maternité (illustration).
Fiona avait volé un bébé dans une maternité (illustration). — Pixabay

EDIT : Mise à jour à 15h15 avec l’annonce de la décision de la juge d’application des peines.

Depuis cette affaire, toutes les maternités françaises sont ultrasécurisées. Le 28 août 2012, une jeune femme a volé un bébé de quatre jours à la maternité de Saint-Joseph, à Marseille. Fiona, condamnée à cinq ans de prison​ ferme en 2016, va être placée sous bracelet électronique pour purger les cinq derniers mois de sa peine, a appris 20 Minutes de sources concordantes, ce lundi.

Ses avocats avaient déposé une demande de libération conditionnelle, arguant, notamment, que la jeune femme avait une promesse d’embauche et qu’elle souhaitait se « réinsérer ». Lors de l’audience devant le juge d’application des peines, le 18 juin, Fiona a exprimé des « regrets ».

Obligation de soins

Sa demande était « classique », estime François-Philippe de Casalta-Bravo, avocat des parents de l’enfant. « Une expertise psychologique s’interroge tout de même sur la possibilité d’une récidive », indique l’avocat, qui estime que certains éléments sont « assez inquiétants. »

Il dit aussi avoir « attiré l’attention du magistrat sur l’obligation de soins qui reste primordiale quand elle sortira de prison. » Il a été entendu : outre le placement sous bracelet électronique, la jeune femme a une obligation de soins et toute une série d’autres obligations : exercer une activité professionnelle, réparer le préjudice causé, ne pas entrer en relation avec les victimes et ne pas exercer une activité en contact avec un mineur.