Enfants fauchés à Lorient: La passagère de la voiture mise en examen et écrouée

ENQUETE La jeune femme de 21 ans, qui s’est rendue à la police mercredi dans la soirée, a été mise en examen pour « non-assistance à mineurs de moins de 15 ans en danger »

S.A avec AFP

— 

La procureur de la République, Laureline Peyrefitte, a donné une conférence de presse jeudi pour faire le point sur l'enquête.
La procureur de la République, Laureline Peyrefitte, a donné une conférence de presse jeudi pour faire le point sur l'enquête. — AFP

L’enquête se poursuit après l’accident mortel qui a coûté la vie à un garçon de 9 ans, à Lorient (Morbihan). Le conducteur, un jeune homme de 20 ans qui a pris la fuite, reste toujours introuvable à ce jour. La passagère, âgée de 21 ans, s’est rendue aux autorités mercredi. Vendredi soir, elle a été mise en examen pour « non-assistance à personne en danger » et placée en détention provisoire, a annoncé le parquet. La jeune femme encourt sept ans de prison.

Recherchée depuis dimanche avec le conducteur, la passagère de 21 ans a mis elle-même un terme à sa cavale mercredi soir. Elle a été arrêtée par les forces de l’ordre après s’être présentée spontanément chez un habitant de Caudan (Morbihan).

A l’issue de sa garde à vue, elle a été présentée vendredi après-midi au parquet de Lorient, qui a ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire aggravé », « blessures involontaires aggravées », « conduite sans permis en récidive », et « défaut d’assurance et de refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui ».

Le conducteur toujours en fuite

« La peine maximum encourue par le conducteur du véhicule, actuellement en fuite, est portée à dix ans d’emprisonnement », a ajouté dans ce communiqué la procureure de la République de Lorient, Laureline Peyrefitte.

Le responsable présumé de l’accident conducteur, est déjà connu des services de police pour conduite sans permis et détention de stupéfiants. Il fait toujours l’objet d’un appel à témoins.

Pronostic vital réservé

Jeudi après-midi, la procureure de la République, Laureline Peyrefitte, a livré les premiers résultats de l’enquête, au cours d'une conférence de presse​. Elle est dans un premier temps revenue sur les circonstances de cet accident mortel. Dimanche, vers 17 heures, les gendarmes ont voulu contrôler le véhicule Nemo Citroën, où se trouvaient les deux suspects. Le chauffeur « a fait mine de s’arrêter, avant de prendre la fuite brutalement ». Il a été suivi par un véhicule de gendarmes pour permettre une « interception dans de bonnes conditions de sécurité ».

« Arrivé au rond-point, et alors qu’il circulait sur la voie de bus, il a occasionné un premier accident en percutant un premier véhicule. Le véhicule est alors monté sur le trottoir et venait percuter violemment deux enfants [deux cousins d'origine turque] et en les projetant sur la porte d’un garage. Le véhicule prenait alors la fuite. Les deux individus ont alors pris la fuite à pied », a détaillé la procureure.

Le premier enfant, un garçon âgé de 9 ans et non 10 ans comme annoncé en premier lieu, est décédé des suites de ses blessures, quelques minutes après l’accident. Le deuxième petit garçon, âgé de 7 ans, cousin de la première victime a été transféré en urgence absolue à l’hôpital de Brest. Selon la procureure jeudi, il se trouve toujours dans le service de réanimation et son pronostic vital était « réservé ».