Saint-Malo: Prison avec sursis pour l'homme qui avait volé des pistolets de Surcouf

JUSTICE Les deux armes avaient été dérobées au musée d’histoire de Saint-Malo en 2017 lors des Journées du Patrimoine

J.G. avec AFP

— 

Les deux pistolets volés ont appartenu à l'illustre corsaire Robert Surcouf.
Les deux pistolets volés ont appartenu à l'illustre corsaire Robert Surcouf. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L’affaire avait secoué la cité corsaire le 17 septembre 2017 pendant les Journées du Patrimoine. Un voleur avait réussi à dévisser une vitre d’une table d’exposition du musée d’histoire de Saint-Malo pour s’emparer de deux pistolets du célèbre corsaire Robert Surcouf. La valeur de ces armes, datant de 1825, avait été évaluée à 10.000 euros chacune.

Les deux pistolets avaient été retrouvés un an plus tard au domicile d’un collectionneur à Granville (Manche). Jugé pour ces faits mercredi devant le tribunal correctionnel de Coutances, cet homme de 37 ans, ancien patron d’une entreprise de sécurité, a été condamné à deux ans de prison avec sursis. Une audience fixera les montants des indemnisations pour les parties civiles le 15 octobre.

Les deux pistolets seront exposés dans un futur musée

« C’est un passionné par l’histoire qui recourt à une histoire rêvée puisque la sienne est indicible », a plaidé son avocat Emmanuel Le Mière, citant l’expert psychiatrique selon lequel l’homme a, enfant, été « l’objet de la sexualité des adultes ». Aujourd’hui livreur de journaux, l’homme est décrit par un ami et victime comme un « collectionneur minutieux » et « un mythomane très structuré ». A la barre, l’individu est resté très mystérieux sur ses motivations.

Selon Marie-Fabrice Lecomte, l’avocate de la ville de Saint-Malo, les pistolets gravés au nom du célèbre corsaire seront à nouveau exposés dans un futur musée dont l’ouverture est espérée pour 2022.