Enfants dans un camp de réfugiés en Syrie (Illustration).
Enfants dans un camp de réfugiés en Syrie (Illustration). — Bilal Hussein/SIPA

DIPLOMATIE

Syrie: Douze orphelins de familles djihadistes français remis à la France

Les reponsables kurdes ont remis à la France 12 orphelins français issus de familles de djihadistes

C’est le plus important rapatriement d’enfants de familles de djihadistes français à ce jour. Les responsables kurdes ont remis « 12  orphelins français issus de familles de djihadistes à une délégation du ministère français des Affaires étrangères », a déclaré dans un communiqué Abdelkarim Omar, un haut responsable des Affaires étrangères de l’administration kurde. Il a indiqué que l’opération s’était déroulée dimanche dans la localité d’Aïn Issa, près de la frontière avec la Turquie, et ajouté que deux orphelins néerlandais avaient également été remis à une délégation gouvernementale de leur pays.

 

« Ces enfants ont été remis aux autorités judiciaires françaises, font désormais l’objet d’un suivi médical particulier et d’une prise en charge par les services sociaux », a indiqué à la mi-journée le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, précisant que cette décision avait été « prise au regard de la situation de ces jeunes enfants particulièrement vulnérables ».

Une poignée de rapatriement

Le 15 mars dernier, cinq orphelins, âgés de 1 à 5 ans, ont été rapatriés vers la France. Fin mai, le défenseur des droits a exhorté la France à rapatrier les enfants de djihadistes. « L’État français doit adopter des mesures effectives permettant de faire cesser les traitements inhumains et dégradants subis par les enfants et leur mère dans ces camps et de mettre fin aux atteintes aux droits et à l’intérêt supérieur de l’enfant », a estimé dans un avis Jacques Toubon, pointant des « atteintes » à la Convention internationale des droits de l’enfant.

Selon le Quai d’Orsay, environ 450 ressortissants français affiliés à l’EI sont en prison ou retenus dans des camps de réfugiés. Les autorités kurdes administrent des camps dans le nord-est de la Syrie où vivent des milliers de femmes et enfants de djihadistes étrangers. Depuis plusieurs mois, elles réclament le rapatriement des femmes et des enfants de djihadistes étrangers, et travaillent activement sur ce dossier.