«Gilets jaunes» à Tarbes: Huit personnes condamnées pour s’en être prises à un temple franc-maçon

VANDALISME Après le saccage d’un temple franc-maçon à Tarbes, dans la nuit du 9 au 10 mars, huit « gilets jaunes » ont été condamnés jeudi en comparution immédiate

20 Minutes avec AFP

— 

Des objets symboles de la franc-maçonnerie. (Illustration)
Des objets symboles de la franc-maçonnerie. (Illustration) — LE MOINE MICHEL/SIPA

Dans la nuit du 9 au 10 mars, en marge de l’acte 17 des «gilets jaunes» de Tarbes, plusieurs dizaines de personnes s’étaient rendues au temple maçonnique installé depuis 130 ans dans la rue Léon-Dalloz pour le vandaliser.

Interpellés mardi, six hommes et deux femmes, âgés de 22 à 47 ans, ont été jugés jeudi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Tarbes. Le « meneur » a été condamné à deux ans de prison, dont un avec sursis, pour des dégradations. Laissé libre, il devra aussi payer une amende de 1.000 euros.

Les sept autres prévenus, dont deux femmes, ont écopé de peines allant de 1.350 euros d’amende à quatre mois de prison avec sursis et 14 heures de travail d’intérêt général. Tous ont fait l’objet d’interdiction de manifester dans les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées, sur des périodes allant de 6 mois à deux ans.

Symbole visé

« Ce qui a été visé, c’est le symbole. Ces dégradations ne sont pas banales, elles sont sous-tendues par la haine », a indiqué le procureur de la République, Pierre Aurignac, lors de ses réquisitions.

Tous les « gilets jaunes » condamnés jeudi ont reconnu être présents devant le temple ce soir-là, mais la plupart ont nié avoir participé à ces dégradations.