Var: Qui est le publicitaire varois condamné à verser 32.000 euros à BFMTV ?

JUSTICE Le publicitaire Michel-Ange Flori a été condamné à verser 32.000 euros à BFMTV pour une affiche sur laquelle était inscrit « La police vous parle tous les jours sur BFMTV »

Adrien Max

— 

Michel-Ange Flori, l'afficheur varois qui n’hésite pas à utiliser ses panneaux pour faire passer des messages.
Michel-Ange Flori, l'afficheur varois qui n’hésite pas à utiliser ses panneaux pour faire passer des messages. — Christophe SIMON / AFP
  • Michel-Ange Flori, un publicitaire varois, vient d’être condamné à verser 30.000 euros à la chaîne pour une affiche sur laquelle était inscrit « La police vous parle tous les jours sur BFMTV ».
  • Ce publicitaire utilise deux de ses 400 panneaux pour afficher des messages polémiques et dénoncer « les dérives de la démocratie française ».

« La police vous parle tous les jours sur BFMTV ». C’est pour cette phrase que Michel-Ange Flori, un publicitaire varois, a été condamné ce mercredi par le tribunal de grande instance de Marseille à verser 30.000 euros à BFMTV « à titre de provision à valoir sur l’indemnisation de son préjudice ». La phrase était placardée à la vue de tous sur un panneau publicitaire de 4 mètres par 3 à Toulon au début du mois de mai. « Je voulais simplement parodier la phrase de mai 68, " la police vous parle tous les soirs à 20 h " », se défend le chef d'entreprise auprès de 20 Minutes.

Le tribunal lui a également ordonné de supprimer le panneau publicitaire sur lequel se trouvait l’inscription polémique ainsi que les photos du panneau publiées sur sa page Facebook.

« Je le prends comme un coup personnel, on veut salir ma liberté d’expression. Je n’ai pas d’autre choix que d’aller dans la direction qu’on me montre », regrette-t-il.

Un prix Benalla pour le commandant de police Andrieux

Un crève-cœur pour Michel-Ange Flori, qui est devenu le poil à gratter des pouvoirs en place, à travers les messages qu’ils affichent sur deux de ses 400 panneaux publicitaires répartis entre Bandol et Hyères.

Pendant la crise des « gilets jaunes », il a multiplié les messages « pour les plus pauvres », lui qui se décrit comme un trublion de l’affichage. « J’avais décerné le prix Benalla au commandant de police Andrieux, qui avait assené des coups de poing à des manifestants », rigole Michel-Ange Flori. « Le commandant de police Andireux défie Mike Tyson », n’était pas des moins piquantes non plus. Plus récemment, il s’interrogeait : « Le président Macron porte-t-il malheur à la France ? », placardé sur des flammes juste après l’incendie de Notre-Dame de Paris.

Ces affiches envers le commandant de police Andrieux lui ont valu une plainte pour diffamation. « La liberté d’expression est pour moi la première des libertés. Est-ce qu’on est dans la Chine de monsieur XI ? », s’interroge cet « insoumis de l’affichage ».

« Je continuerai »

Mais il ne veut surtout pas être catalogué d’un bord ou d’un autre. Il préfère dénoncer les « dérives de la démocratie française ». « Si vous vous faites prendre au radar, vous êtes obligés de payer et même si vous contestez c’est un parcours du combattant. Regardez Balladur, il a 92 ans et n’est toujours pas jugé pour l’attentat de Karachi », s’énerve-t-il.

Ses messages acidulés ne datent d’ailleurs pas d’hier. Dès les années 90, il dénonçait le patrimoine d’un élu de l’est varois, où l’affaire des paillotes incendiées en Corse. Ce n’est d’ailleurs pas cette condamnation qui devrait le calmer. « Je resterai celui que je suis, je continuerai. Je sais aussi que si j’étais Chinois ou Turc, on m’aurait incarcéré », avance-t-il, lucide.