Rennes: Six mois avec sursis et cinq ans d’inéligibilité réclamé à l’encontre du député Mustapha Laabid

JUSTICE Le parlementaire LREM d’Ille-et-Vilaine a été jugé ce lundi pour «abus de confiance»

Jérôme Gicquel

— 

Le député LREM d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid était jugé ce lundi pour "abus de confiance".
Le député LREM d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid était jugé ce lundi pour "abus de confiance". — Mathieu Pattier/SIPA
  • Le député LREM Mustapha Laabid est suspecté d’avoir utilisé des fonds de l’association qu’il dirigeait à des fins personnelles.
  • Le préjudice porte sur près de 22.000 euros, avec notamment près de 13.000 euros de dépenses alimentaires.
  • Lors de l’audience, le parlementaire a eu du mal à justifier ces dépenses, reconnaissant toutefois des « erreurs et négligences » dans la gestion des comptes.

Mustapha Laabid a-t-il confondu les comptes de son association avec ses deniers personnels ? C’est la question qui était posée ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes où le député LREM de la 1re circonscription d’Ille-et-Vilaine était jugé pour «abus de confiance». La justice lui reproche d’avoir utilisé à des fins personnelles des fonds de l’association d’insertion Collectif Intermède qu’il a fondée et dirigée de 2006 à 2017. Le montant du préjudice porte sur un peu moins de 22.000 euros, dont près de 13.000 euros de dépenses alimentaires entre janvier 2015 et juillet 2017.

Lors de l’audience, la présidente du tribunal a égrainé de longues listes de courses que le député aurait réglées dans des grandes surfaces de la région avec la carte bancaire de l’association. On y trouve pêle-mêle des produits d’entretien, des yaourts, du lait ribot, des lingettes et de nombreux cadeaux pour enfants. « Il s’agit à l’évidence de courses de nature familiale », a estimé le procureur.

Les activités de l’association interrogent

Pour sa défense, Mustapha Laabid a évoqué les nombreux événements organisés par son association auprès de chefs d’entreprise ou de jeunes des quartiers. « On faisait des apéros, des barbecues, des petits-déjeuners qui réunissaient des familles, des jeunes et des moins jeunes », a-t-il assuré. Le problème, c’est que les enquêteurs n’ont pas trouvé beaucoup de traces des événements sur la période en question. « Il y a seulement trois événements qui pourraient correspondre à des courses. Mais pour le reste, ça ne colle pas », a souligné la présidente Véronique Lanneau.

Se pose donc la question de savoir si l’association, qui a touché 96.000 euros de subventions entre 2015 et 2017, était une coquille vide servant au député LREM à « maintenir son train de vie » au bénéfice de sa famille ? « Faux et archifaux. Les activités de l’association étaient réelles et concrètes et nous avions le soutien des services de l’État et de la ville », a répondu le parlementaire, peinant toutefois à justifier toutes les dépenses. Comme ces 1.300 euros réglés dans des fast-foods sans jamais le moindre justificatif. « Il y a peut-être eu des négligences dans la gestion. Mais en quoi est-ce malhonnête d’inviter des jeunes au McDo ? », s’est emporté Mustapha Laabid, visiblement agacé par les questions de la présidente.

La décision sera rendue le 6 août

Cette dernière a alors embrayé sur ces frais de séjour au Maroc et ces deux nuits d’hôtel à Paris, toujours réglés avec la carte bancaire de l’association. « Il y a eu un problème avec ma carte et celle de ma femme à Marrakech. Et pour les deux nuits à Paris, je ne pensais pas que ce serait prélevé car tout est pris en charge par les frais parlementaires », a répondu Mustapha Laabid, reconnaissant du bout des lèvres « quelques erreurs et négligences ».

« On peut les accepter une fois, plusieurs fois éventuellement. Mais là, les manquements sont réitérés et nombreux. Monsieur Laabid détournait de l’argent public en utilisant la carte bancaire de l’association et ce, en toute connaissance de cause », a indiqué le procureur dans sa plaidoirie. Il a requis une peine de cinq ans d’inéligibilité et de six mois de prison avec sursis. Le tribunal rendra sa décision le 6 août à 14h.