Les recherches pour Maëlys
Les recherches pour Maëlys — ALLILI MOURAD/SIPA

AGRESSION

Des membres de la famille de Nordahl Lelandais songeraient à changer de nom

La mère et le frère de Nordahl Lelandais considéreraient le patronyme trop dur à porter

Un patronyme trop dur à porter. Sven et Christiane Lelandais, le frère et la mère de Nordahl Lelandais, mis en examen pour l’assassinat d’Arthur Noyer et de la petite Maëlys, songeraient à changer de nom. L’avocat de la famille Me Dereymez s’est en effet confié à France Bleu : « Ça ne changera pas beaucoup la situation, mais ils y ont réfléchi en se disant "on va essayer de se faire une nouvelle personnalité, on ne peut plus porter le nom que l’on porte depuis des centaines d’années, le nom de notre fils". »

Un fils qui, jusqu’à ce jour, a été mis en examen dans quatre affaires différentes. Nordahl Lelandais est soupçonné de l’enlèvement et du meurtre de la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin (Isère), dans la nuit du 26 au 27 août 2017 lors d’une fête de mariage. Il est aussi mis en cause dans la disparition et l’assassinat du caporal Arthur Noyer, dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 après une soirée dans le centre de Chambéry. Plus récemment, il a été mis en examen pour « agression sexuelle » sur deux de ses petites cousines.

Une agression, survenue le 1er février dernier à la Bridoire (Savoie), serait à l’origine de la décision de Sven et Christiane Lelandais. Ce jour-là, le frère et la mère de Nordahl Lelandais ont été frappés en pleine rue par deux hommes. Les deux agresseurs ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel de Chambéry à un an de prison ferme, plus un avec sursis, et à un an de prison avec sursis.

Deux ans de menaces physiques et verbales

Selon l'avocat de Sven et Christiane Lelandais, ce n’était pas la première agression subie par le frère de Nordahl Lelandais, mais la première après laquelle le jeune homme a porté plainte. « On est dans cette situation parce qu’ils s’appellent Lelandais, on leur fait payer plus qu’ailleurs. Aujourd’hui la famille se cache et reste enfermée. Vous imaginez leur vie, ils ne peuvent plus porter le nom qu’ils ont », a précisé Me Dereymez à France Bleu. Et d’ajouter que le frère de Nordahl Lelandais subi depuis presque deux ans déjà menaces physiques et verbales.

Pour rappel, en janvier 2018, peu après la mise en examen de cet ancien maître-chien pour le meurtre de la petite Maëlys et pour l’assassinat du caporal Arthur Noyer, une cellule spécialisée avait été créée au sein de la Gendarmerie nationale. Son but : effectuer des recoupements entre le « parcours de vie » de Nordahl Lelandais et quelque 900 dossiers de disparitions ou de crimes non élucidés dans une vingtaine de départements.

Après un an de travail, les sept enquêteurs qui composent cette cellule baptisée « Ariane », en lien avec les sections de recherches locales, ont dégagé une liste d’une « quarantaine » d’affaires où la piste de Nordahl Lelandais peut être envisagée.