Rennes: Le député LREM Mustapha Laabid va devoir s’expliquer sur ses dépenses

JUSTICE Il est jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour abus de confiance au détriment de l’association Collectif Intermède qu’il dirigeait

Jérôme Gicquel

— 

Député LREM de la 1ère circonscription, Mustapha Laabid sera jugé ce lundi pour
Député LREM de la 1ère circonscription, Mustapha Laabid sera jugé ce lundi pour — Mathieu Pattier/SIPA
  • Le député LREM Mustapha Laabid est jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour « abus de confiance ».
  • La justice lui reproche d’avoir détourné des fonds de l’association qu’il dirigeait à des fins personnelles.
  • Le préjudice porte sur des sommes « d’au moins 21.930,54 euros ».

Il assure n’avoir « jamais fait quelque chose de malhonnête, jamais volé de l’argent, ni eu l’idée de s’enrichir ». C’est pourtant devant la justice que Mustapha Laabid a rendez-vous ce lundi après-midi. Le député LREM de la première circonscription d’Ille-et-Vilaine sera jugé pour «abus de confiance» devant le tribunal correctionnel de Rennes. Il est soupçonné d’avoir utilisé « à des fins personnelles ou indues » des fonds de l’association d’aide à l’insertion Collectif Intermède qu’il dirigeait jusqu’à son élection en 2017.

Une enquête ouverte après un signalement de Tracfin

Le préjudice porte sur des sommes « d’au moins 21.930,54 euros », selon le parquet de Rennes. Le député devra notamment justifier des dépenses de plus de 15.000 euros dans des restaurants, des frais de téléphonie de plus de 2.800 euros ainsi que des nuits d’hôtel pour un montant de 2.350 euros. Le parquet évoque aussi des achats dans des commerces (essence, magasins de sport et de bricolage, amende, vêtements) pour un peu plus de 1.300 euros.

Une enquête, confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes, avait été ouverte sur ces faits présumés le 16 novembre 2017 à la suite d’un signalement de Tracfin. La cellule de Bercy chargée de la lutte contre le blanchiment d’argent s’était étonnée un mois plus tôt de mouvements suspects sur les comptes de l’association. Le parquet de Rennes avait alors décidé de poursuivre pénalement le député LREM.

« Il n’a rien commis de malhonnête », selon son avocat

Contacté par 20 Minutes, ce dernier a refusé de s’exprimer avant l’audience. Début février, il avait toutefois contesté les faits qui lui sont reprochés, tout en reconnaissant quelques négligences. « Mais mon client n’a jamais eu l’intention de s’approprier les deniers de l’association à des fins personnelles », avait alors assuré son avocat maître Pineau.

« Il attend cette échéance avec sérénité car il estime qu’il n’a rien commis de malhonnête. Il ne s’est d’ailleurs jamais retranché derrière son immunité parlementaire. Dès qu’il a appris l’existence de cette affaire dans la presse, il s’est immédiatement rapproché du procureur pour pouvoir être entendu, avant même qu’on le convoque », avait-il poursuivi. Mustapha Laabid encourt jusqu’à trois ans de prison et 375.000 euros d’amende ainsi qu’une peine d’inéligibilité.