Aix: Une jeune architecte, d’origine péruvienne, revendait sur Internet des produits à base de feuille de coca

STUPÉFIANTS L'un des clients, un coureur cycliste, a été contrôlé positif pour dopage à la cocaïne.

C.D.

— 

La jeune femme était poursuivie pour détention de produits stupéfiants mais aussi exercice illégal de la profession de pharmacien. (Photo d'illustration)
La jeune femme était poursuivie pour détention de produits stupéfiants mais aussi exercice illégal de la profession de pharmacien. (Photo d'illustration) — DR/Green et Vert

Pour arrondir ses fins de mois, une jeune architecte d'Aix-en-Provence ramenait du Pérou, son pays natal, des tisanes et autres préparations à base de feuille de coca. Elle les vendait ensuite sur Internet, sans que personne – dans un premier temps – n’y trouve manifestement à redire. Jusqu’à ce qu’un de ses clients, cycliste de son état, fasse l’objet d’un contrôle antidopage. Ledit contrôle se révélant positif à la cocaïne, comme le raconte La Provence. En cause : la crème à la feuille de coca achetée par le coureur cycliste à la jeune architecte, dont le principe actif – la cocaïne – avait un effet miracle sur ses articulations.

« Au Pérou, ça se vend partout »

A la barre du tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), la jeune femme a expliqué mercredi « qu’elle ne savait pas » pouvoir être poursuivie pour détention de produits stupéfiants mais aussi exercice illégal de la profession de pharmacien. « Au Pérou, ça se vend partout, tout le monde utilise la feuille de coca », a-t-elle déclaré, sans apparemment convaincre le tribunal qui l’a condamnée à trois mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende.