Narbonne: Photographié par un collègue avec un pichet de vin, le chauffeur conteste son licenciement

JUSTICE L’avocat du chauffeur routier licencié a dénoncé « le flicage » et expliqué qu’il pouvait « consommer comme n’importe quel citoyen sans dépasser les limites »

Jerome Diesnis

— 

Illustration d'un Conseil des Prud'hommes.
Illustration d'un Conseil des Prud'hommes. — F. DURAND/SIPA

Un chauffeur routier licencié pour faute grave conteste cette sanction devant le conseil des Prud’hommes de Narbonne. Il avait été pris en photo par un collègue de travail en train de déjeuner avec à sa table un pichet de vin de 50 cl. La photo avait ensuite été remise à l’employeur. Déjà mis à pied quelques mois plus tôt pour être arrivé en état d’ébriété à son travail, il avait, cette fois, fait l’objet d’une procédure de licenciement, relate Midi Libre.

Devant les juges du travail, son avocat Bruno Blanquer a mis en cause la procédure. « Comme n’importe quel citoyen, on peut consommer sans dépasser les limites », a-t-il évoqué. « Mais on n’a pas le droit de faire du flicage, de prendre en filature », cite le quotidien. Pour l’avocate de l’entreprise, Corinne Gabbay, la faute grave est en revanche « totalement établie ».

Le conseil des Prud’hommes de Narbonne doit rendre sa décision le 26 août.