Nantes: Le procès du vol retentissant du reliquaire du cœur d'Anne-de-Bretagne s'ouvre ce lundi

PATRIMOINE Le cambriolage du coffret funéraire de la reine de France, en avril 2018, avait eu un écho retentissant

F.B. avec AFP

— 

Le reliquaire du cœur d'Anne de Bretagne était exposé au musée Dobrée à Nantes.
Le reliquaire du cœur d'Anne de Bretagne était exposé au musée Dobrée à Nantes. — FABRICE ELSNER/20MINUTES
  • Le reliquaire est un coffret funéraire en or renfermant le cœur de la duchesse Anne-de-Bretagne.
  • Il avait été dérobé dans la nuit du 13 au 14 avril 2018 au sein du musée Dobrée.
  • Quatre jeunes nazairiens sont jugés pour ce vol.

Un cambriolage retentissant qui avait ému tous les défenseurs du patrimoine, les Bretons en particulier. Le procès des suspects du vol du reliquaire du cœur d'Anne-de-Bretagne s’ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Nantes.

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, quatre malfaiteurs étaient parvenus à subtiliser, à Nantes, le précieux coffret funéraire en or, conçu en 1514 pour déposer le cœur de la défunte reine de France. Il avait disparu sept jours avant d’être finalement retrouvé par la police, enfoui dans le sol, à Saint-Nazaire.

Une « valeur inestimable »

Quatre jeunes nazairiens, âgés de 21 à 26 ans, s’étaient introduits en fin de journée dans le musée Dobrée, fermé au public depuis plusieurs années. Outre le reliquaire, conservé au musée depuis 1886, ils avaient dérobé une statuette hindoue et une cinquantaine de pièces d’or. Le vol n’avait été constaté que le lendemain matin.

Les responsables du musée craignaient que le coffret, d’une « valeur inestimable », soit fondu pour son or. Ils s’inquiétaient aussi de l’implication d’un éventuel réseau international extrêmement préparé. Finalement, les suspects n’étaient pas vraiment des spécialistes. Ils avaient été identifiés par les enquêteurs après s’être vantés auprès de leurs amis.

En bon état, à l’abri dans un lieu secret

Le procès devra préciser leur motivation, de même que le rôle de chacun. « Il faut que le dossier soit dépassionné, notamment parce qu’aujourd’hui il n’y a pas de préjudice : l’objet du vol a été retrouvé, pas abîmé, on peut sans doute quelque part rendre grâce aux prévenus qui, dans leur forfait et dans leur bêtise, ont quand même eu la présence d’esprit de ne pas saccager les biens », plaide Morgan Loret, avocat de l’un des quatre jeunes.

« Le reliquaire se trouve désormais à l’abri, protégé » dans un lieu tenu secret, indique le conseil départemental. « Il est en bon état », confirme la collectivité. Seules quelques petites interventions d’entretien devront être effectuées avant sa présentation au grand public. Celle-ci n’est pas envisagée avant 2022, date de réouverture du nouveau musée Dobrée entièrement rénové.