«Gilets jaunes» à Toulouse: Elle postait le visage des policiers sur Facebook, une étudiante en médecine condamnée

JUSTICE Une étudiante en médecine a été condamnée à sept mois de prison, dont cinq avec sursis, pour avoir diffusé des photos de policier à visage découvert

B.C.

— 

Lors d'une manifestation des
Lors d'une manifestation des — Frédéric Scheiber / SIPA

A plusieurs reprises, elle avait posté sur une page Facebook des photos de policiers à visage découvert lors de leur intervention sur une manifestation des «gilets jaunes», le 16 mars dernier. Une étudiante en médecine de 21 ans a été condamnée en milieu de semaine à sept mois de prison dont cinq avec sursis pour « complicité d’outrages » et délit de diffusion d’image selon La Dépêche du Midi.

Sous les photos de ces policiers niçois de la brigade anticriminalité, venus en renfort dans la Ville rose, un déchaînement de commentaires haineux. La jeune femme condamnée est l’auteur des clichés, postés sous un pseudonyme.

Repérée sur les réseaux sociaux par les enquêteurs toulousains, elle est placée en garde à vue.

Déjà condamnée

Sur son compte Facebook elle affirme qu’elle peut donner les adresses de plusieurs membres de la BAC et lors d'une perquisition chez elle, les forces de l’ordre découvrent une liste de noms de policiers. Sur son téléphone, un lien sur une page indiquant comment fabriquer une bombe artisanale avec un déodorant.

A la barre, elle reconnaît un acte « stupide », arguant qu’elle n’a pas communiqué ces informations à un tiers rapporte le quotidien. Détenue depuis début avril, l’étudiante qui purgeait déjà une peine de 7 mois pour des violences lors d’une manifestation de « gilets jaunes » est retournée en prison.