Val d'Oise: Deux frères d'Adama Traoré condamnés à de la prison ferme pour trafic de drogue

PROCES L’un des deux frères d’Adama Traoré a été présenté lors du procès comme « un des organisateurs principaux » de ce trafic de drogue

Floréal Hernandez

— 

La maison d'arrêt de Fleury-Mérogis où l'un des frères d'Adama Traoré a reconnu avoir «acheté du cannabis» en détention «mais pas d'en avoir vendu» à son procès pour trafic de stupéfiants. (Illustration)
La maison d'arrêt de Fleury-Mérogis où l'un des frères d'Adama Traoré a reconnu avoir «acheté du cannabis» en détention «mais pas d'en avoir vendu» à son procès pour trafic de stupéfiants. (Illustration) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Les deux frères d’Adama Traoré étaient jugés depuis lundi aux côtés de 13 autres personnes pour un trafic de stupéfiants « d’ampleur régionale ».
  • Le tribunal de Pontoise a condamné l’ensemble des prévenus jugés pour le trafic de stupéfiants « à des peines d’emprisonnement ferme assorties partiellement ou en totalité de sursis avec mise à l’épreuve », a précisé le parquet. Les deux frères d’Adama Traoré ont écopé respectivement d’un an et de deux ans et demi de prison.
  • Depuis 2016, quatre frères Traoré ont été incarcérés.

Un an et deux ans et demi de prison pour deux frères d’Adama Traoré. Bagui, 27 ans, et Ysoufou, 25 ans, ont été condamnés pour trafic de stupéfiants par le tribunal de Pontoise, jeudi. Le plus jeune des deux, présenté comme « un des organisateurs principaux » du trafic, a écopé de la peine la plus sévère. Tous deux ont été maintenus en détention, a indiqué à l’AFP le parquet de Pontoise ( Val-d'Oise).

Ces deux frères d’Adama Traoré, jeune homme mort lors de son interpellation en 2016, étaient jugés depuis lundi aux côtés de 13 autres personnes pour un trafic de stupéfiants « d’ampleur régionale », avait dit une source proche de l’enquête lors de leur arrestation en décembre 2017. Du cannabis et de l’argent liquide avaient été découverts au domicile de certains suspects, selon cette source.

Acheteur mais pas vendeur de cannabis

« Suite à une enquête catastrophique des gendarmes de L’Isle-Adam – qui avaient commencé l’enquête sur la mort d’Adama Traoré et ont fait l’objet d’une plainte de la famille pour faux en écriture publique – et à une audience très mal menée, notre client a été condamné à une peine disproportionnée », ont dénoncé auprès de l’AFP, Yassine Bouzrou et Anne Branellec, avocats d’Ysoufou Traoré.

Bagui Traoré, à qui il était notamment reproché d’avoir participé au trafic depuis la prison de Fleury-Mérogis où il était détenu pour d’autres faits, a reconnu avoir « acheté du cannabis » en détention « mais pas d’en avoir vendu », a expliqué son avocate, Laura Rousseau. « On sanctionne un comportement illégal, mais toléré par l’administration pénitentiaire », a-t-elle ajouté. « On sait tous que c’est une matière qui circule partout en détention. C’est une façon d’acheter la paix sociale à l’intérieur de la prison. »

Un « acharnement judiciaire » selon la famille

Bagui Traoré est par ailleurs mis en examen pour tentative d’assassinat sur les forces de l’ordre lors des violences ayant suivi la mort d’Adama Traoré, 24 ans, à Beaumont-sur-Oise et dans les communes alentour. Depuis 2016, quatre frères Traoré ont été incarcérés. La famille dénonce un « acharnement judiciaire ».

Jeudi, le tribunal de Pontoise a condamné l’ensemble des prévenus jugés pour le trafic de stupéfiants « à des peines d’emprisonnement ferme assorties partiellement ou en totalité de sursis avec mise à l’épreuve », a précisé le parquet. Certains ont également été condamnés à une interdiction de séjour à Beaumont-sur-Oise, voire, pour quelques-uns, dans tout le Val-d’Oise.