Rennes: Condamné pour une alerte à la bombe sur un vol dans lequel se trouvait ses parents

JUSTICE Un étudiant de 23 ans a été condamné ce mardi après-midi à neuf mois de prison avec sursis

Jérôme Gicquel

— 

Après son décollage, l'avion de la compagnie EasyJet assurant la liaison Lyon-Rennes avait été contraint de faire demi-tour.
Après son décollage, l'avion de la compagnie EasyJet assurant la liaison Lyon-Rennes avait été contraint de faire demi-tour. — REX/Shutterstock/SIPA
  • Un étudiant était jugé ce mardi devant le tribunal correctionnel pour avoir lancé une alerte à la bombe sur un vol Lyon-Rennes le 18 janvier.
  • Il a expliqué à la barre qu’il ne voulait pas que ses parents, qui se trouvaient à bord de l’appareil, le rejoignent.
  • Il a été condamné à une peine de neuf mois de prison avec sursis.

« Écoutez-moi attentivement. L’avion au départ de Lyon et en direction de Rennes ne décollera pas sinon il explosera en vol ». Voilà le message vocal pour le moins angoissant reçu l’après-midi du 18 janvier par une standardiste de l’aéroport de Rennes. Aussitôt l’alerte donnée, l’avion de la compagnie EasyJet, qui venait de décoller de Lyon Saint-Exupéry avec 158 passagers à bord, avait été contraint de faire demi-tour, occasionnant une sacrée pagaille dans le trafic aérien. L’auteur du coup de fil anonyme, qui s’était servi d’un outil de traduction pour enregistrer son message avec une voix féminine, avait été rapidement identifié. Il s’agissait d’un étudiant rennais de 23 ans dont les parents se trouvaient à bord de l’avion.

Jugé pour ces faits ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Rennes, ce fils de bonne famille a expliqué à la barre son geste insensé. « Il ne fallait pas que mes parents viennent me voir à Rennes », a-t-il indiqué, la voix très calme. « J’avais essayé de les dissuader en prétextant notamment une compétition de sport à Lille. Mais ils ont quand même pris les billets d’avion. A partir de là, il fallait à tout prix que j’empêche l’avion de décoller », a-t-il poursuivi.

Il voulait cacher son addiction au cannabis à ses parents

Gros consommateur de cannabis, le jeune homme entretenait depuis quelque temps des relations tendues avec ses parents. Son addiction avait démarré alors qu’il étudiant en droit à Lyon. Soigné, il avait finalement replongé après son inscription à l’école de commerce de Rennes à la rentrée 2018. « Mon appartement témoignait de mon addiction, mes parents se seraient rendu compte que j’avais replongé. Pour eux, tout cela était derrière moi. Ils pensaient que j’avais pris un nouveau départ en arrivant à Rennes », a-t-il expliqué aux juges, usant d’un vocabulaire soutenu et précis.

Sans réfléchir aux conséquences de ses actes, il s’est donc mis en tête de lancer une alerte à la bombe pour empêcher ses parents de lui rendre visite. « Je ne pensais pas que ce serait pris au sérieux, a-t-il lâché, exprimant ses regrets à la barre. C’est la plus grosse erreur de ma vie. Je présente mes excuses à tous les passagers ainsi qu’aux aéroports et à la compagnie qui ont été perturbés ».

Le jeune homme envisage de devenir avocat

Dans son réquisitoire, le procureur a souligné le caractère « surprenant » de cette affaire. « Quelle disproportion entre les moyens employés et les fins espérés ! », a-t-il déclaré, réclamant une peine d’un an de prison avec sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans.

Le tribunal a finalement été un peu plus clément en condamnant l’étudiant à neuf mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve. Il devra également verser 2.351 euros aux aéroports de Rennes et de Lyon au titre du préjudice matériel et prendre en charge les frais de procédure. Comble de l’ironie, le jeune homme envisage désormais de reprendre ses études de droit pour devenir avocat.