Aisne: Deux enfants largués sur le trottoir car aucun des parents ne veut la garde

JUSTICE Un couple de la Thiérache a été condamné à de la prison avec sursis pour avoir abandonné ses enfants de 4 et 6 ans en pleine rue

G.D.

— 

Le tribunal de Laon, dans l'Aisne.
Le tribunal de Laon, dans l'Aisne. — Google Maps

Ils avaient laissé leurs enfants de 4 et 6 ans sur le trottoir. Aucun des deux ne voulait la garde. Le tribunal correctionnel de Laon, dans l’Aisne, a condamné un couple habitant dans la Thiérache (Aisne) pour soustraction à ses obligations légales, compromettant la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de ses enfants, rapporte L'Union.

Le couple avait eu deux enfants avant de se séparer en 2018. Le partage de garde permettait au père, âgé de 30 ans, de les avoir la semaine. Le week-end étant réservé à la mère, âgée de 25 ans.

« Déchargés comme des encombrants »

En réalité, les parents se les renvoient, dès qu’ils peuvent. Jusqu’au jour où le père dépose les deux petits garçons chez la mère, qui n’en veut pas. Lui s’en va. Plus tard, elle va les ramener chez leur père, qui est absent.

Alors, elle abandonne ses enfants en pyjama, sur le trottoir et sous la pluie, avec leur sac. L’aîné court après la voiture. En vain. « Elle les a déchargés comme des encombrants que l’on met devant chez soi en attendant le ramassage », dénonce Me Philippe Vignon, l’avocat des enfants.

C’est la voisine qui recueille les enfants et alerte la gendarmerie. La mère avoue au téléphone qu’elle « ne veut plus d’eux ». Le père tient le même discours.

Jugé aussi pour des coups de ceinture

« On ne peut pas décider du jour au lendemain de ne plus exercer son autorité parentale et de ne plus protéger ses enfants, explique la substitut du procureur. Quand on a des difficultés, on peut demander de l’aide, mais on reste parent. »

Le père, également jugé pour des coups de ceinture donnés à l’aîné des deux fils, a été condamné à huit mois de prison avec sursis, avec obligation de suivre un stage de responsabilité parentale à ses frais. La mère, qui a exprimé des regrets, a écopé de la même peine.

Les enfants ont été placés en famille d’accueil avec un droit de visite d’une heure par mois pour les parents.