Nice: A la tête d'une agence de coaching, elle est jugée pour avoir critiqué Pôle Emploi

DIFFAMATION La responsable, qui risque jusqu'à 45.000 euros d’amende, sera fixée le 5 juin

20 Minutes avec AFP

— 

Une agence Pole emploi (image d'illustration).
Une agence Pole emploi (image d'illustration). — LOIC VENANCE / AFP

Elle a nié toute intention de nuire aux agents de Pôle Emploi ou de les dénigrer. La responsable d’un bureau de coaching parisien, poursuivie en diffamation, a dû s’expliquer jeudi devant le tribunal correctionnel de Nice, pour un tract suggérant que l’établissement public manquait d’efficacité pour aider les demandeurs d’emploi.

Plaidant la bonne foi, Karine Vasseur a expliqué avoir « cherché simplement à entrer en contact avec des gens qui ont besoin d’une aide complémentaire ». Le jugement sera rendu le 5 juin. Le parquet s’en est remis au tribunal, sans requérir de peine.

« C’est presque insultant et hypocrite »

Multidiplômée, passée par l’étranger avant d’ouvrir en 2014 à Paris son enseigne qui accompagne une centaine de personnes par an, la femme de 52 ans risque 45.000 euros d’amende pour avoir validé un tract distribué à Nice en 2016 en vue de s’y implanter. « Pôle Emploi ne vous aide pas ? Confiez votre recherche à un spécialiste », disait-il.

« C’est presque insultant et hypocrite car je suis persuadée [qu’elle] utilise des offres d’emploi [de] Pôle Emploi », a fustigé l’avocate de l’établissement public, réclamant un euro symbolique de dommages et intérêts et le remboursement des frais de justice.

« Pôle Emploi a dès le départ pris une mauvaise position dans ce dossier en pensant qu’en France, on ne peut pas être critiqué », a rétorqué l’avocate de la défense. Catherine Taylor Salusse a déploré la « réaction outrancière » de Pôle Emploi qui en fait « une lutte d’ego entre une institution et une toute petite SARL ».