Grand Est : Un médecin de la police jugé pour des agressions sexuelles

JUSTICE Un médecin inspecteur régional de la police nationale comparait ce mardi à 14h devant le tribunal correctionnel de Reims pour des faits d’agression sexuelle

A.I.

— 

Grand Est: Un médecin de la police jugé pour des agressions sexuelles. (Illustration)
Grand Est: Un médecin de la police jugé pour des agressions sexuelles. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Il se serait rendu coupable, selon les témoignages, de gestes déplacés durant les visites médicales. Un médecin-inspecteur régional de la police nationale du Grand Est, soupçonné d' agressions sexuelles sur dix adjoints de sécurité dont neuf femmes, comparaît ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Reims.

Les faits remontent à juin 2018 à Reims et novembre 2014 à Mulhouse. Il est reproché au médecin âgé de 63 ans, basé à Metz et suspendu de ses fonctions depuis, des palpations mammaires ou attouchements sur ses parties intimes, détaille France Bleu Lorraine Nord, qui révèle qu’entre-temps 12 autres plaintes ont été reçues à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et transmises au parquet de Metz.

Des représentants du syndicat de police Vigi ont prévu d’être présents à Reims « car nous voudrions que notre administration soit exemplaire et protège nos collègues. Si nos médecins nous harcèlent et agressent, qui va nous soigner ? ». Le syndicat déplore le silence voire la protection de la hiérarchie et du ministère sur ce dossier et propose de « supprimer la médecine statutaire de la police nationale, bras armé de la hiérarchie policière et de laisser le soin de la santé de tous les policiers à la médecine de prévention, qui veut vraiment soigner et accompagner nos collègues en souffrance ».