«Gilets jaunes» à Nice: Estrosi veut que la responsabilité des organisateurs soit engagée

JUSTICE Le maire LR de Nice a envoyé un courrier au procureur de la République de Nice, à Nicole Belloubet et à Christophe Castaner

M.Fr.
— 
Des «gilets jaunes» bloqués par la police devant la gare de Nice, le 23 mars 2019.
Des «gilets jaunes» bloqués par la police devant la gare de Nice, le 23 mars 2019. — LIONEL URMAN/SIPA

Christian Estrosi a envoyé une longue lettre. Un courrier adressé au procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre, à la ministre de la justice Nicole Belloubet et au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Il demande aux autorités « d’engager la responsabilité pénale des organisateurs pour manifestations illégales ».

 

Ce qui inquiète le maire LR de Nice, ce sont les « préjudices économiques des commerçants » : « La vie économique et la vie quotidienne des Niçois est régulièrement perturbée par ces manifestations illégales puisque le tramway, la voie Mathis ou encore le cœur de Nice notamment sont régulièrement occupés, provoquant alors des gênes et des préjudices économiques et financiers pour les commerçants, les chefs d’entreprise et la collectivité », écrit Christian Estrosi. Le maire de Nice évoque « l’impact de ces images » sur « l’attractivité touristique et économique »

Amende et emprisonnement

« La dégradation de biens publics et la mobilisation de nos services ont un impact sur nos finances, poursuit-il. Ce n’est pas aux contribuables locaux de payer pour que les "gilets jaunes" puissent faire part de leurs revendications. » L’élu LR demande la punition de six mois d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende pour la planification de tout rassemblement illégal. « Cela contraindrait les organisateurs à prévoir une manifestation qu’il faut rendre statique et cesser ces provocations et la gêne pour des milliers de Niçois », conclut-il.