Rugbymen accusés de viol en réunion: Le parquet de Bordeaux requiert le renvoi devant les assises des anciens Grenoblois

JUSTICE Ces trois anciens joueurs du club de Grenoble sont accusés d'avoir violé une jeune femme de 21 ans, en 2017 à Bordeaux, à l'issue d'un match contre l'UBB

20 Minutes avec AFP

— 

Le tribunal de grande instance de Bordeaux.
Le tribunal de grande instance de Bordeaux. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Après les réquisitions du parquet, le juge d'instruction doit désormais se prononcer en faveur d'un renvoi devant les assises ou pas.
  • Ces trois anciens joueurs de Grenoble avaient fait la rencontre d'une jeune femme de 21 ans en discothèque, à l'issue d'un match contre l'UBB à Bordeaux.
  • Ces trois rugbymen, un Irlandais, un Néo-Zélandais et un Français, qui jouent désormais dans d'autres clubs, affirment que la plaignante était consentante.

Le parquet de Bordeaux a requis le renvoi devant la cour d'assises de trois anciens joueurs du FC Grenoble  poursuivis pour viol en réunion, a-t-on appris jeudi de sources concordantes, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

L’Irlandais Denis Coulson, 24 ans, le Néo-Zélandais Rory Grice, 29 ans, et le Français Loïck Jammes, 24 ans, sont accusés par une jeune femme de l'avoir violée en réunion dans la nuit du 11 au 12 mars 2017, alors qu’elle avait 21 ans. Les joueurs ont affirmé pour leur part qu’elle était consentante.

Denis Coulson joue actuellement au Stade français, Rory Grice à Oyonnax et Loïck Jammes à Brive.

« Une étape »

Les réquisitions du parquet ont été confirmées à l’AFP de source judiciaire à Bordeaux, tandis que Me Corinne Dreyfus-Schmidt, avocate de Denis Coulson, a précisé qu’elles avaient été rendues « il y a une quinzaine de jours ». Le juge d’instruction doit à présent se prononcer sur le renvoi ou non devant la cour d’assises.

« Ce n’est qu’une étape » du processus judiciaire, et « nous avons pas mal d’arguments », a estimé Me Dreyfus-Schmidt. Si le juge d’instruction décide finalement de renvoyer les trois hommes devant la cour d’assises, « nous avons la possibilité de le contester devant la chambre de l’instruction » de la cour d’appel de Bordeaux, a-t-elle relevé, dénonçant une instruction « exclusivement à charge ».

Soirée alcoolisée

La plaignante avait rencontré les joueurs en discothèque après un match contre l’UBB-Bègles, et ils l’auraient selon elle conduite à leur hôtel à Mérignac, près de Bordeaux, et violée. Me Denis Dreyfus, l’avocat de Loïck Jammes, a précisé à l’AFP que, dans ses réquisitions, le parquet soulevait que la jeune femme avait tant bu au cours de la soirée que son consentement aux relations sexuelles ne pouvait exister.

L’avocat a déjà transmis au juge une note en vue d’un non-lieu, soulignant que son client n’avait pas participé à la soirée alcoolisée et ne pouvait savoir dans quel état se trouvait la jeune femme à son arrivée à l’hôtel.

Trois autres joueurs du FCG avaient été placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire, mais avaient été libérés sans charge le soir-même.

Le viol en réunion est puni d’un maximum de vingt ans de réclusion criminelle.