Suicides à France Télécom: «Je n’y peux rien», déclare l’ancien PDG au deuxième jour de procès

POURSUITES Didier Lombard a provoqué une vague d’indignation en qualifiant l’affaire de « crise médiatique »

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien PDG de France Telecom, Didier Lombard, lors de son arrivée au tribunal, le 6 mai 2019 à Paris, où il était jugé pour
L'ancien PDG de France Telecom, Didier Lombard, lors de son arrivée au tribunal, le 6 mai 2019 à Paris, où il était jugé pour — Lionel BONAVENTURE / AFP

Dix ans après la vague de suicides survenue à France Télécom, sept de ses anciens dirigeants, dont l'ancien PDG, sont jugés à Paris pour « harcèlement moral ». Mardi, au deuxième jour du procès, Didier Lombard, l’ex-patron de l’entreprise, a rejeté toute responsabilité dans cette affaire, qu’il a qualifiée de « crise médiatique ».

Dans une lettre lue à l’audience pour sa première audition, l’homme âgé aujourd’hui de 77 ans a exprimé aux victimes et à leurs familles sa « sincère et profonde tristesse de ce que cette situation ait pu involontairement contribuer à fragiliser certains d’entre eux au point qu’ils accomplissent un geste irrémédiable ». Cela « m’est insupportable », a-t-il déclaré. Mais quand la partie civile lui a demandé s’il avait des regrets, il a préféré ne pas répondre.

Pas de « crise sociale »

Le patron de France Télécom de 2005 à 2010 a insisté sur le contexte économique. L’entreprise était, selon lui, « en péril » en 2005, « à cause de son surendettement, de l’agressivité de la concurrence et des évolutions technologiques extrêmement rapides ». Pour l’ex-PDG, il n’y a pas eu de « crise sociale » à France Télécom entre 2007 et 2010, la période au coeur du procès qui a débuté ce lundi. « Il y avait une difficulté : quelques milliers de salariés devaient retrouver un emploi différent. (…) Tout cela était stressant ».

Les plans NExT et Act prévoyaient ainsi 22.000 départs sur environ 120.000 salariés. Plus de 10.000 personnes devaient aussi changer de poste. « Que les transformations imposées à l’entreprise n’aient pas été agréables, c’est comme ça, je n’y peux rien. Si je n’avais pas été là, ça aurait été pareil peut-être même pire », a-t-il déclaré au tribunal. « Le problème était de ramener la maison dans un état normal », ajoute-t-il sèchement.

« Si vous parlez des suicides, vous les multipliez »

D’une voix assurée, Didier Lombard a ajouté que « des choses ont été gonflées artificiellement à un moment », provoquant de vives réactions du côté des parties civiles. En 2009, alors que France Télécom avait, selon lui, surmonté ses difficultés économiques, « les phénomènes médiatiques ont détruit le résultat social de la transformation ». A l’été 2009, il y a eu « une crise médiatique », a-t-il dit. « Nos collaborateurs ont été privés de leur succès. Les journaux disaient que leur entreprise était lamentable, ça a cassé le moral ».

Lui qui avait parlé à l’époque d’une « mode des suicides » dans l’entreprise (des propos « très maladroits », concède-t-il) préfère désormais évoquer l'« effet Werther », selon lequel « si vous parlez des suicides, vous les multipliez ».

Dans leur enquête, les juges d’instruction ont retenu le cas de 39 salariés du groupe : 19 se sont suicidés, 12 ont tenté de le faire et huit ont connu un épisode de dépression ou un arrêt de travail. « J’hallucine. Je suis écœuré », a réagi à la sortie de la salle d’audience Yves Minguy, un ex-salarié qui a traversé une grave dépression. «  Donc le sauvetage d’une entreprise passe par des pertes de vies humaines​ et il n’y peut rien ? C’est sidérant. Il n’a pas changé ».

Une « directive systémique » ?

Le ton de Louis-Pierre Wenes, ex-numéro 2 de France Télécom, est assez différent. « Je sais qu’il y a eu des cas individuels très difficiles, que nous n’avons pas toujours gérés au mieux. C’est pour moi une douleur ». Mais il nie « une directive systémique ».

Lui qui passait pour le « cost-killer » qui aurait été surnommé « la brute » a raconté son goût du terrain pour aller voir les équipes au plus près. « Je n’ai jamais vu quelque chose qui ressemblait à des équipes en détresse ». Louis-Pierre Wenes a quitté l’entreprise en octobre 2009. « J’ai servi de bouc émissaire », dit-il. Didier Lombard est parti en mars 2010. « J’aurais pu rester car ce n’était pas la fin de mon mandat, mais ça n’aurait pas été raisonnable pour l’entreprise », admet l’ex-PDG.