Paris: Deux militants antispécistes seront jugés après l'agression d'un boucher bio

BOUCHERIE Deux personnes avaient attaqué un boucher bio sur son stand au marché de Saint-Quentin, près de la garde l’Est. Elles doivent être jugées en comparution immédiate mardi après-midi

J.D. avec AFP

— 

De la viande de boucher, illustration
De la viande de boucher, illustration — Pascal VILA/VSD/SIPA

Le ministre de l’Agriculture avait dénoncé un acte « inadmissible ». Un boucher a été agressé samedi par des militants antispécistes sur son stand au marché couvert de Saint-Quentin, situé près de la gare de l’Est (Xe arrondissement de Paris).

Deux personnes, qui avaient d’abord été placées en garde à vue, vont être jugées en comparution immédiate mardi après-midi pour « violences et dégradations en réunion ».

Le boucher préparait une commande pour un client, quand soudain, il a reçu un liquide. « J’ai mis la main à la tête, le liquide était très rouge. J’ai levé la tête, il y avait entre 15 et 20 individus devant l’étalage avec des slogans "liberté et défense des animaux" » a raconté l’homme à BFM TV.

Il a expliqué ensuite avoir « été frappé » et affirme que sa marchandise a été « détruite ». Il a précisé qu’il n’a en outre pas pu ouvrir son stand dimanche.

Depuis des mois les actes de vandalisme se multiplient

« On ne peut pas laisser impunément des gens agir comme ça, on est dans un Etat de droit. On a tous des droits, mais on a aussi des devoirs et parmi nos devoirs, il y a le respect de l’autre et là, on a dépassé les bornes », fulmine Jean-François Guihard, président de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT).

Depuis plusieurs mois, les actes de vandalisme se multiplient sur des boucheries et commerces de bouche tagués de revendications antispécistes par des activistes opposés à toute hiérarchie entre les espèces, et qui prônent une alimentation végétalienne.