«Gilets jaunes» à Narbonne: Jusqu'à 18 mois de prison ferme pour avoir caillassé la sous-préfecture

DEGRADATIONS Six personnes étaient jugées lundi devant le tribunal correctionnel de Narbonne

N.B.

— 

Des gilets jaunes (illustration).
Des gilets jaunes (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Cinq hommes et une femme étaient jugés lundi devant le tribunal correctionnel de Narbonne (Aude), après des dégradations survenues sur la façade de la sous-préfecture de la ville, le 1er décembre dernier.

En marge d’une manifestation de « gilets jaunes », une cinquantaine de personnes avaient pénétré dans les locaux de la sous-préfecture, incendié une poubelle et caillassé les murs de l’enceinte, détaille L'Indépendant.

Tombés par hasard sur la manifestation

Les six prévenus, poursuivis pour dégradations aggravés et participation à un groupement en vue de la préparation de violences, ont été condamnés à des peines allant de 600 euros d’amende à 18 mois de prison ferme.

Trois d’entre eux ont expliqué être tombés par hasard sur la manifestation. « On a vu les gens rentrer dans la cour de la sous-préfecture et jeter des cailloux, et on s’est greffé », explique la seule femme jugée lundi, rapporte le quotidien régional. « Je n’avais même pas prévu de cagoule, a plaidé un autre. Si j’avais su que j’allais caillasser un bâtiment, je ne l’aurais jamais fait à visage découvert. »