Assistants d'eurodéputés FN: Marine Le Pen au tribunal de Paris pour être entendue par les juges

ENQUETE La présidente du Rassemblement national est mise en examen dans cette information judiciaire ouverte au départ pour « abus de confiance »

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen, le 15 avril 2019, lors d'une conférence de presse à Strasbourg.
Marine Le Pen, le 15 avril 2019, lors d'une conférence de presse à Strasbourg. — Jean-Francois Badias/AP/SIPA

Marine Le Pen s’est rendue au tribunal de Paris pour être de nouveau entendue par les juges ce mercredi, selon un journaliste de l’AFP. Depuis fin 2016, les juges enquêtent sur un possible « système » organisé « de manière concertée et délibérée » par le Rassemblement national (RN) et sa présidente pour financer des salaires de ses permanents en détournant les enveloppes de l’Union européenne destinées à l’emploi de collaborateurs parlementaires.

La présidente du RN, qui conteste les faits, s’était refusée à répondre aux questions des magistrats lors de ses deux précédents interrogatoires, en juin 2017 et en octobre 2018, indiquant suspendre ses déclarations jusqu’à une décision de la Cour de cassation, qui a finalement rejeté ses recours en février.

Vingt mises en examen

Dans cette information judiciaire ouverte initialement pour « abus de confiance », les juges ont procédé à ce stade à vingt mises en examen, dont celle de Marine Le Pen, de son compagnon et ancien eurodéputé Louis Aliot et du Front national, en tant que personne morale. Les magistrats financiers ont commencé cet automne à alourdir les mises en examen, confortés par une jurisprudence de la Cour de cassation qui autorise les poursuites de parlementaires pour « détournements de fonds publics ».

Cette enquête, vivement contestée par le parti et sa présidente qui dénonce une instrumentalisation de la justice à des fins politiques, a été validée par la Cour de cassation le 19 février dernier. Le Parlement européen a estimé son préjudice à 6,8 millions d’euros pour la période de 2009 à 2017.

Plus d’informations à suivre sur 20minutes.fr .../...