Accusations de «viol» levées: Pierre Palmade poursuivi pour «usage et acquisition de stupéfiants»

FAITS DIVERS Mis hors de cause dans une affaire de viol présumé, l'humoriste sera convoqué au tribunal de Paris pour des faits liés à la drogue

S.A avec AFP

— 

L'humoriste Pierre Palmade.
L'humoriste Pierre Palmade. — BENHAMOU LAURENT/GUSTINE GILLES/SIPA

L’humoriste Pierre Palmade a accepté une procédure dite de « plaider-coupable » pour usage et acquisition de stupéfiants, et a été convoqué à une date ultérieure au tribunal de Paris, qui devra se prononcer sur la peine proposée, a-t-on appris ce vendredi auprès du parquet de Paris.

Le comédien a reçu une convocation pour une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, une procédure simplifiée offrant une alternative au procès, a précisé cette source. Il devra se présenter devant un juge qui sera chargé d’homologuer la peine que lui a proposée le parquet et qui a été acceptée par Pierre Palmade.

Enquête de flagrance

L’humoriste de 51 ans avait été placé jeudi en garde à vue, avec un autre homme, dans le cadre d'une enquête de flagrance pour « viol, violences sous l’emprise de stupéfiants et dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui ».

Selon une source proche du dossier, il avait appelé dans la matinée la police « car son appartement avait été mis sens dessus dessous par la deuxième personne ». « Quand les policiers sont arrivés, cette dernière a justifié ces dégradations en disant qu’elle avait été violée », avait expliqué cette source.

Rétractation

Après une journée de garde à vue jeudi, il est finalement ressorti libre dans la soirée, l’autre homme l’ayant « mis hors de cause » concernant les accusations de viol, selon cette même source. « La personne qui avait porté plainte a très rapidement reconnu avoir menti », avait pour sa part indiqué jeudi soir à l’AFP Me Sabine Kuster, avocate du comédien.

L’homme qui avait accusé Pierre Palmade de viol, avant de se rétracter, doit être transféré vendredi soir au tribunal de Paris en vue d’éventuelles poursuites au terme de deux jours de garde à vue.

Il doit être présenté samedi à un magistrat du parquet qui devra décider des suites judiciaires le concernant dans cette enquête ouverte jeudi, dans laquelle il est soupçonné de « violences sous l’emprise de stupéfiants et dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui ».