Violences conjugales: Marlène Schiappa demande à la justice de durcir le ton après le meurtre d’une femme dans le Var

VIOLENCES CONJUGALES Un homme, connu de la justice pour un problème de violences conjugales, a été arrêté après la mort de sa femme 

M.C.

— 

Marlène Schiappa le 25 janvier 2019 à Bordeaux.
Marlène Schiappa le 25 janvier 2019 à Bordeaux. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • Un homme a été placé en garde à vue, soupçonné d’avoir tué sa femme samedi.
  • Cet homme faisait l’objet depuis une dizaine de jours d’un contrôle judiciaire pour un problème de violences conjugales.
  • Marlène Schiappa demande que la justice durcisse le ton en matière de violences conjugales.

Son mari faisait l'objet, depuis une dizaine de jours, d'un contrôle judiciaire pour un problème de violences conjugales et il avait interdiction de se rendre au domicile familial sauf pour l'exercice de son métier. Ce samedi, vers 21 heures, Dalila, 50 ans, est morte à Vidauban, dans le Var, victime de plusieurs coups de feu. Son mari, soupçonné de l'avoir tuée, a été placé en garde à vue.

Interrogée par RTL à ce propos, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa a déploré le fait « qu'on voit de plus en plus de cas de féminicides dans lesquels tous les dispositifs existants ont été déployés », sans que cela empêche « le meurtre de ces femmes ».

Un « gros effort »

Et de réclamer à la justice un « gros effort» pour « faire en sorte que les violences conjugales soient mieux condamnées dès le début, que l'on n'attende pas que l'on arrive au meurtre de ces femmes. »

Selon le récit livré par le parquet, samedi à 19 h 34, les gendarmes sont intervenus une première fois au domicile de Dalila et son conjoint, après que le mari a menacé sa femme avec un couteau.

130 femmes tuées

Sans attendre l'arrivée des gendarmes, la victime s'était réfugiée chez un voisin et sur place à 19 h 52, les forces de l'ordre ont constaté que l'homme avait quitté les lieux et insisté auprès de la victime pour qu'elle quitte sa maison et aille dans sa famille. Selon le quotidien Var-Matin, elle serait alors passée chez elle prendre quelques affaires et s'apprêtait à sortir en voiture quand elle a rappelé les gendarmes. Il était alors 21 heures selon le parquet. Dalila leur signale que son mari est revenu muni d'une arme à feu. A 2 h06, ils découvrent la femme inanimée au volant de son véhicule devant son domicile.

En France, une femme meurt en moyenne tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-compagnon. Selon les derniers chiffres officiels disponibles, 130 femmes ont été tuées en 2017 par leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami.