Affaire des passeports: Les voyages de Benalla au cœur de l’audition des cadres de l’Elysée

POUVOIR Trois hauts responsables de l’Elysée sont convoqués, ce mercredi, au palais de justice pour s’expliquer dans l’affaire des passeports diplomatiques d’Alexandre Benalla.

Vincent Vantighem

— 

Le Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017. Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une promenade en vélo.
Le Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017. Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une promenade en vélo. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Alexandre Benalla a été mis en examen pour l’usage abusif de passeports diplomatiques.
  • L’ancien chargé de mission a continué à voyager avec ces passeports alors qu’il avait été licencié.
  • Trois responsables de l’Elysée doivent être entendus par la justice à ce sujet, ce mercredi.

C’est la révélation du séjour au Tchad, en décembre, qui avait remis deux sous dans la machine à polémiques. Mais, selon le ministre Jean-Yves Le Drian, il y avait aussi eu Israël, le Maroc et même les Bahamas. La justice doit se pencher, ce mercredi, sur les récents voyages à l’étranger qu’ Alexandre Benalla a effectués à l’aide de ses passeports diplomatiques et de service. Non pas en convoquant le principal intéressé mais en interrogeant – chose extrêmement rare – trois proches collaborateurs d’Emmanuel Macron.

Le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler, le directeur de cabinet Patrick Strzoda et le chef de cabinet François-Xavier Lauch doivent être entendus, ce mercredi au palais de justice de Paris, sur les raisons et les conditions ayant permis à l’ancien chargé de mission de continuer à utiliser ses passeports diplomatiques jusqu’en décembre alors qu’il avait été licencié six mois auparavant.

Benalla a utilisé ses passeports à 23 reprises

La question est d’autant plus sensible qu’Alexandre Benalla a été pris en flagrant délit de mensonge à ce sujet. Interrogé une première fois, en septembre, par la commission des Lois du Sénat, il avait d’abord indiqué avoir laissé ses passeports dans son bureau à l’Elysée après avoir été licencié. Mais confondu par les révélations de La lettre du Continent et du Monde, il a fini par reconnaître, le 21 janvier devant la même Commission, qu’il les avait utilisés à 23 reprises après son départ du « Château ».

Concrètement, l’ancien chargé de mission a voyagé à l’étranger du 1er au 7 août 2018. Il assure ensuite avoir remis ses documents à l’Élysée, fin août. Avant que quelqu’un ne les lui rende en octobre et ne lui permettre de franchir les frontières à nouveau. Qui ? Pourquoi ? L’ancien chargé de mission n’a jamais voulu répondre à ces questions, se retranchant éhontément derrière le secret de l’information judiciaire en cours et usant jusqu’à la corde la patience de Philippe Bas, le président (LR) de la commission des Lois du Sénat.

Le rôle trouble d’Alexis Kohler

Dans cette tentaculaire affaire qui colle à Emmanuel Macron comme le sparadrap au capitaine Haddock, les juges espèrent en savoir davantage en interrogeant donc notamment Patrick Strzoda et Alexis Kohler. Annoncé partant de l’Elysée selon une rumeur persistante, ce dernier a, lui aussi, été pris en flagrant délit de mensonge devant la commission des Lois du Sénat.

Alors que le secrétaire général de l’Elysée assurait avoir été mis au courant de toute l’histoire par Patrick Strzoda, les juges ont, selon nos informations, récupéré, en février, un échange de messages WhatsApp prouvant qu’il a, en réalité, été informé par Alexandre Benalla lui-même dès le 2 mai, à 9h12. L’ancien chargé de mission lui parlait alors de la vidéo où on le voit frapper un homme à terre, place de la Contrescarpe à Paris.

« Même si l’on ne m’identifie pas très nettement je suis reconnaissable », indiquait-il pour préparer la riposte, selon cet échange que 20 Minutes a pu consulter. En lisant ce message à l’époque, le secrétaire général de l’Elysée ne se doutait sans doute pas qu’il devrait devoir se justifier devant des juges onze mois plus tard. C’est aujourd’hui.