Marseille: De la gloire sur le ring au tribunal pour un violent coup… La chute de l'ancien boxeur Mehdi Sahnoune

PROCES Ancienne gloire de la boxe, le champion du monde Mehdi Sahnoune comparaît pour avoir violemment éborgné un homme

Mathilde Ceilles

— 

Mehdi Sahnoune a été sacrée champion du monde de boxe.
Mehdi Sahnoune a été sacrée champion du monde de boxe. — E. Schulz / AP / SIPA
  • L’ancien champion du monde de boxe Mehdi Sahnoune comparaît ce jeudi devant le tribunal correctionnel.
  • Il est accusé d’avoir éborgné un homme au cours d’une violente bagarre.

« C’est incroyable. Un truc de fou. » Louis Lavaly soupire. C’est lui qui a découvert Mehdi Sahnoune en 1991, alors qu’il n’était qu’un « gamin des cités », aux Oliviers. Dans cette cité des quartiers Nord de Marseille, le jeune Mehdi, qu’on surnomme Kounet, se fait une réputation : celle d’être un prodige de la boxe ​et de remporter ses combats par K.-O., au point, selon Louis Lavaly, de devenir « une idole » du quartier, respectée par les « grands », les caïds du coin. C’est Louis Lavaly qui l’a entraîné ensuite, dans son club de Marseille, des années durant, jusqu’à le porter en 2003 au sommet de son art, avec un titre de champion du monde WBA des mi-lourds.

Un titre qui lui ouvre les portes du succès et de la célébrité. Habitué jusqu’ici aux conversations sur le ring, le jeune homme se retrouve invité sur les plateaux de télévision, adulé dans le monde de la boxe, jusqu’à avoir une salle à son nom à Marseille. « Ça a été trop vite, songe Louis Lavaly. Du jeune de cité qui n’avait rien à invité chez Patrick Sébastien et Michel Drucker… Ce n’est pas évident. A partir de là, ça a été plus compliqué de le tenir. »

Rupture du nerf optique

Une quinzaine d’années plus tard, Mehdi Sahnoune se présentera ce jeudi à la barre de la onzième chambre du tribunal correctionnel de Marseille. L’ancien boxeur sera tout juste transféré des Baumettes, où il dort depuis le mois de janvier. Mehdi Sahnoune a été placé en détention provisoire pour violences ayant entraîné une mutilation.

Il est accusé d’avoir violemment frappé un homme avec lequel il jouait aux cartes et aux dés, dans la nuit du 17 au 18 janvier, chez un voisin de son épouse à Roquevaire. Rouée de coup, la victime a perdu l’usage de son œil gauche. Le boxeur l’aurait étranglé et planté ses doigts dans les yeux jusqu’à la rupture du nerf optique.

Une victime « traumatisée »

« Mon client a eu un œil arraché, et il est si traumatisé qu’il ne viendra pas à l’audience, explique Me Thierry Ospital. Mehdi Sahnoune n’était pas obligé de frapper à ce point-là ! Il se dit purement et simplement agressé, victime d’un coup porté par un champion du monde de boxe ! »

Quand Louis Lavaly a vu cette histoire, celle de son protégé, dans la rubrique faits divers de son journal, il a été « choqué ». « Ça ne lui ressemble pas », assure-t-il, quand bien même l’ancien boxeur a été condamné en 2002 à deux ans de prison pour des violences en réunion et en 2010 à des violences volontaires en réunion à la sortie d’une discothèque.

Que s’est-il passé cette nuit-là pour que le quadruple champion de France de boxe en arrive là, à encourir jusqu’à dix ans de prison ? Cette question, au cœur des débats ce jeudi, reste épineuse.

« Des armes dans les mains »

Déjà, parce que cette soirée plutôt arrosée a laissé place à des bribes de souvenirs. « On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé, concède Me Thierry Ospital. Mon client ne se souvient plus trop. Il avait un peu bu, mais il est traumatisé, et ce traumatisme lui a fait perdre la mémoire. »

« C’est une bagarre dont il n’a jamais voulu les conséquences, affirme Me Selmi, l’avocat de Mehdi Sahnoune. Je plaiderai les violences réciproques. On parle de gens imbibés qui se sont battus, mais il ne se souvient plus. Mon client avait bu. C’est le trou noir. » « Mehdi, c’est un athlète de sport de combat, avance Louis Lavaly. Si on va trop le chatouiller… Peut-être avait-il bu un coup de trop et il ne se contrôlait plus. Mais lui, il ne donne pas des coups de poing comme les autres. Il ne faut pas qu’il oublie qu’il a des armes dans les mains. »

Suivi par une addictologue

En détention, selon son avocat, Sahnoune s’est résolu à entamer un suivi psychologique et consulter une addictologue. « La boisson, je ne veux pas en parler, balaie Louis Lavaly. Je peux juste vous dire que c’est quelqu’un qui aimait bien la vie… Il aimait sortir, danser, les femmes, avec toutes les conséquences qui vont avec. Ça aurait pu être un grand, grand sportif. Mais pour être un grand sportif, il faut vivre sa vie après sa carrière, pas pendant. »

« C’est une chute vertigineuse, une descente aux enfers, de champion adulé à un petit serveur qui gagne 1.000 euros par mois, affirme Me Selmi. C’est une légende à Marseille, et il a connu une dégringolade physique et une dépression. » Et d’ajouter : « On en parlait encore aux Baumettes la semaine passée : il a une pensée pour la victime, il ne comprend pas ce qui a pu se passer. »

Un discours qui dérange Me Ospital. « Ce n’est pas Mehdi Sahnoune la victime quand même, peste l’avocat. Mon client est victime avant d’être partie civile. Il attend que Mehdi Sahnoune dise la vérité devant les juges et que justice soit faite. »

​​​​